IranNucléaireL'Iran au centre du jeu moyen-oriental

L’Iran au centre du jeu moyen-oriental

-

Le Monde, 22 août – Par Daniel Vernet – Editorial – Au printemps, quelques anciens ministres des affaires étrangères occidentaux, dont l’Américaine Madeleine Albright, le Français Hubert Védrine et l’Allemand Joschka Fischer, avaient suggéré « un grand marchandage » entre l’Iran et les Etats-Unis. Autrement dit, une vaste négociation entre ces deux pays.

Il s’agissait, pour les auteurs du texte, de prendre en compte le besoin de reconnaissance de l’Iran et son rôle dans la sécurité de la région, tout en le dissuadant de poursuivre la mise au point d’un armement nucléaire. Il s’agissait aussi d’éviter aux Etats-Unis de se trouver devant le dilemme, dévastateur pour les relations transatlantiques, bombarder l’Iran ou accepter la bombe iranienne.

Le président Bush a rejeté cette suggestion, qui l’aurait amené à délivrer un satisfecit au régime des mollahs. Tout juste a-t-il admis que les Etats-Unis participent à un éventuel dialogue avec l’Iran si celui-ci renonce à enrichir l’uranium, première étape vers la fabrication d’une bombe.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie), plus l’Allemagne, ont fait cette proposition à Téhéran en juin. Les Iraniens ont promis une réponse pour le mardi 22 août. Le plus probable est qu’ils n’accepteront ni ne rejetteront la proposition. Ils offriront de négocier… les conditions de la négociation.

Car après la guerre entre Israël et le Hezbollah, ils s’estiment plus que jamais en position de force. Les Américains ne voulaient pas leur reconnaître une place éminente dans la sécurité régionale ? Ils ont montré qu’ils avaient une capacité de déstabilisation que n’entamaient ni les menaces américaines à leur endroit ni l’offensive militaire israélienne contre leurs protégés du Hezbollah. Donc que leur concours était indispensable à la définition du « nouveau Moyen-Orient ». Quand le ministre français des affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a parlé en pleine guerre du Liban du « rôle stabilisateur » de l’Iran, il n’a fait que constater, maladroitement, cette évidence.

Les Occidentaux ne peuvent ignorer le régime de Téhéran ni en Irak, où les chiites iraniens conseillent leurs coreligionnaires, ni en Afghanistan, où l’aide de l’Iran pourrait être utile face au regain d’activité des talibans, ni dans le conflit israélo-palestinien, où le cessez-le-feu dépend en partie de la coopération du Hezbollah, ni même dans l’ensemble du monde musulman, où le président iranien Ahmadinejad, l’homme qui veut détruire Israël et tient tête aux Américains, est la personnalité la plus populaire, en dépit de l’hostilité traditionnelle entre les Arabes et les Perses.

Dans l’immédiat, Paris, qui a été très actif dans l’affaire du nucléaire iranien, se tourne vers Téhéran afin d’obtenir des assurances pour la sécurité des soldats français de la Finul, de même qu’il avait sondé l’Iran, l’année dernière, sur l’attitude du Hezbollah dans les élections libanaises.

Au moins depuis les attentats terroristes en France, en 1986, alors qu’il était premier ministre, Jacques Chirac nourrit une profonde aversion vis-à-vis du chiisme, qu’il tient pour une religion de forcenés. Mais il a justement passé outre ses préventions pour des raisons politiques, alors qu’il se refuse à renouer le dialogue avec la Syrie depuis que le président Bachar Al-Assad lui a personnellement manqué.

Que fera l’Iran de sa position stratégique ? Cherchera-t-il à s’ériger en interlocuteur en acceptant les conditions posées à son programme nucléaire ou en jouant de son pouvoir de nuisance ?

Question corollaire pour les Occidentaux : en cas de refus iranien d’arrêter l’enrichissement de l’uranium, imposeront-ils d’abord des sanctions ou montreront-ils leur faiblesse en se lançant sans préalable dans le dialogue global que recherche Téhéran ?

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous