IranNucléaireNucléaire : le président iranien estime des sanctions "peu...

Nucléaire : le président iranien estime des sanctions « peu probables »

-

Le Monde, 29 août – Lors de sa quatrième conférence de presse depuis son élection à l’été 2005, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, ne s’est pas départi de son attitude bravache vis-à-vis de la communauté internationale sur la question nucléaire, mardi 29 août. Alors que le Conseil de sécurité des Nations unies a donné jusqu’au 31 août à Téhéran pour suspendre notamment son enrichissement d’uranium, sous peine de sanctions, le président de la République islamique a estimé que « le moment d’utiliser l’instrument du Conseil de sécurité est passé » et jugé « peu probable que [les grandes puissances »> veuillent l’utiliser ».

Il a répété que « l’Iran a droit à une énergie nucléaire pacifique », « ne se soumettra pas à la menace et l’intimidation », et « prendra les décisions nécessaires, en proportion avec les mesures » que prendra le Conseil de sécurité. M. Ahmadinejad a par ailleurs estimé implicitement que la Chine et la Russie, membres permanents du Conseil disposant d’un droit de veto, pourraient bloquer l’adoption de sanctions. « Nous ne pensons pas que certains oublieront la sagesse et la prudence au point de vendre leur propre réputation et celle du Conseil de sécurité », a-t-il indiqué.

« DÉBAT TÉLÉVISÉ EN DIRECT » AVEC M. BUSH

M. Ahmadinejad a aussi indiqué que la République islamique avait « tout dit dans sa réponse », mardi dernier, à une offre de coopération des grandes puissances, visant à ce qu’elle suspende son enrichissement d’uranium, et cette réponse constitue un cadre pour poursuivre les négociations et une « occasion exceptionnelle » de résoudre le conflit sur le nucléaire, a-t-il rappelé.

Le président iranien a suggéré de débattre, en direct, à la télévision, avec George Bush « des questions du monde et des moyens de sortir de ces tensions », à condition que ce débat « ne soit pas censuré, surtout pour le public américain ». Cette offre « n’est qu’une tentative de diversion des inquiétudes légitimes qu’ont non seulement les Etats-Unis, mais aussi la communauté internationale devant le comportement de l’Iran, du soutien au terrorisme à la volonté de posséder la capacité de produire des armes nucléaires », a rapidement réagi un porte-parole de la Maison Blanche. Washington n’avait pas non plus donné suite, en mai, à une lettre personnelle du président iranien à M. Bush, longue diatribe contre la politique américaine.

« Nous pensons que les privilèges particuliers dont profitent aujourd’hui les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont à l’origine de tous les troubles dans le monde », a encore déclaré le président iranien, tout en assurant que Téhéran »veut des relations avec tous les pays, sauf avec celui que nous considérons illégitime et imposé [Israël »>, et les Etats-Unis ne sont pas une exception ». « Mais les Etats-Unis ont coupé leur relation avec nous pour faire pression », a-t-il poursuivi, en accusant « l’administration américaine de rêver encore à renvoyer la nation iranienne à il y a trente ans », avant la Révolution islamique de 1979. Et d’estimer qu’il revient aux Américains de cesser de souhaiter un changement de régime en Iran, et « puisqu’ils ont coupé les liens, de fournir eux-mêmes les conditions » de leur rétablissement.
Avec AFP et Reuters

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous