IranNucléaireTéhéran nie avoir passé un accord nucléaire secret

Téhéran nie avoir passé un accord nucléaire secret

-

The Washington Times, 27 septembre 2006 – De Bill Gertz – Hier, l’Iran a affirmé ne pas négocier actuellement l’arrêt temporaire secret de son programme d’enrichissement d’uranium dans le cadre de ses pourparlers actuels avec l’Union Européenne, réfutant ainsi les allégations de certaines sources de l’administration Bush qui ont déclaré au Washington Times qu’un tel accord était en cours de négociation.

Mohammad Saeedi, sous-directeur de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran, interrogé sur l’article du Times, a déclaré que le négociateur nucléaire en chef iranien, Ali Larijani, et le haut négociateur de l’Union Européenne, Javier Solana, allaient discuter de ce qui a déjà été proposé.

« Ce n’est pas le sujet des négociations futures et, comme M. Larijani l’a dit plus tôt, la proposition des P5+1 constituera la base des prochains pourparlers avec les représentants des P5+1 », a affirmé M. Saeedi.

« P5+1 » est une abréviation pour le groupe constitué des Etats-Unis, de la France, de la Russie, de la Chine et de la Grande-Bretagne, tous membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne. Ces nations ont offert à l’Iran une série de concessions en échange de la suspension de son programme d’enrichissement d’uranium.

Le Times a rapporté hier que des hauts responsables de l’administration Bush avaient affirmé que M. Solana était en train de négocier un accord avec M. Larijani, prévoyant que l’Iran suspende l’enrichissement d’uranium pendant 90 jours et que cette initiative soit conservée secrète pour que des négociations supplémentaires puissent avoir lieu avec plusieurs nations européennes.

Les dirigeants s’opposent à un tel accord car il constitue une concession de plus envers l’Iran qui continue de défier l’appel des Nations Unies à la suspension de l’enrichissement d’uranium, étape essentielle au développement d’armes nucléaires.

Une résolution du Conseil de Sécurité avait donné à l’Iran jusqu’au 31 août pour mettre fin à son programme d’enrichissement, sous peine de sanctions internationales. Téhéran a ignoré ce délai, mais la diplomatie a continué.

John R. Bolton, ambassadeur américain aux Nations Unies, a déclaré que M. Solana allait mener aujourd’hui même des négociations sur la crise nucléaire, mais M. Solana n’a fait aucun commentaire sur ces dernières discussions.

« Il va rencontrer prochainement Larijani, et je pense qu’il fera des déclarations à ce moment-là », a affirmé M. Bolton à la presse depuis New York.

Le porte-parole de M. Solana a refusé de faire des commentaires sur l’article du Times. Des sources diplomatiques affirment que M. Solana et M. Larijani vont certainement se rencontrer aujourd’hui à Bruxelles.

Le groupe des nations a demandé que l’Iran suspende toutes ses activités d’enrichissement avant la reprise des négociations sur les avantages offerts.

Les Iraniens avancent que l’enrichissement a pour objectif l’alimentation de centrales à énergie nucléaire, mais les Etats-Unis et l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) suspectent l’Iran de travailler sur un programme de développement d’armes atomiques.

La Maison Blanche a déclaré que les USA ne négociaient pas la suspension secrète des activités nucléaires iraniennes. L’administration a appelé à une suspension vérifiable, qui selon elle doit aussi être publique.

« Ce que les Etats-Unis ont toujours réclamé dans tous les cas, c’est une suspension contrôlable de l’enrichissement », a affirmé Frederick Jones, porte-parole du Conseil de la sécurité nationale.

Le porte-parole de l’UE, Cristina Gallach, a confirmé que le haut responsable de l’UE Robert Cooper et le dirigeant iranien Javad Vaeedi avaient mené des pourparlers lundi à Paris.

« Nous sommes en train de travailler sur la réunion avec Larijani, mais je ne révélerai pas la date ni le lieu de celle-ci jusqu’à ce qu’elle ait lieu », a-t-elle dit. « Nous continuons d’œuvrer avec les Iraniens afin de créer des conditions favorables à ces négociations. »

Au département d’Etat, le porte-parole Sean McCormack a déclaré que l’administration avait l’espoir que l’Iran accepte de suspendre l’enrichissement lorsque M. Larijani va rencontrer M. Solana, mais il a ajouté : « Les Etats-Unis seront absents de la table des négociations tant que la suspension demandée par l’AIEA et le Conseil de Sécurité ne sera pas appliquée ».

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous