IranNucléaireL'Iran veut négocier sur le nucléaire mais sans condition

L’Iran veut négocier sur le nucléaire mais sans condition

-

LEXPRESS.fr, 21 février – A la veille de la date butoir fixée par le Conseil de sécurité des Nations unies à l’Iran pour cesser tout enrichissement d’uranium, le président Ahmadinejad a déclaré mardi que l’Iran était favorable à des négociations sur ses programmes nucléaires mais il a exclu toute condition préalable

e président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mardi que l’Iran était favorable à des négociations sur ses programmes nucléaires mais il a exclu toute condition préalable comme le gel de ses activités d’enrichissement d’uranium.

Ahmadinejad a tenu ses propos à la veille de la date butoir fixée par le Conseil de sécurité des Nations unies à l’Iran pour cesser tout enrichissement d’uranium, processus qui, assure Téhéran, ne vise qu’à fabriquer du combustible pour des centrales électriques – mais qui, selon l’Occident, pourrait lui servir à mettre au point les éléments d’une bombe atomique.

« Ils nous disent ‘venez négocier le dossier nucléaire iranien mais la condition est que vous cessiez vos activités’. Nous avons dit que nous étions prêts à des négociations mais que les conditions de ces négociations devaient être justes », a déclaré Mahmoud Ahmadinejad lors d’un discours dans le nord de l’Iran, diffusé sur une chaîne publique iranienne.

A Washington, la Maison blanche a immédiatement rejeté la suggestion iranienne. « Vous prenez cela pour une proposition sérieuse ? », s’est exclamé Tony Snow, porte-parole du président George W. Bush, avant d’ajouter: « Il s’agit d’une fausse proposition du fait de la clarté de la position de la communauté internationale ».

Le président Ahmadinejad n’est pas la personnalité la plus puissante du système politique iranien, le dernier mot revenant au guide suprême de la Révolution, l’ayatollah Ali Khamenei. Ses propos corroborent toutefois les positions de Khamenei et d’autres responsables sur la question, qui ont promis de poursuivre les activités nucléaires de l’Iran.
« S’ils disent que nous devons fermer nos sites de production de combustible pour reprendre les négociations, nous disons d’accord, mais que ceux qui négocient avec nous ferment eux aussi leurs installations nucléaires », a poursuivi le président.

DEUXIEME PORTE-AVIONS US DANS LE GOLFE

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) doit rendre public un rapport sur le respect par Téhéran de la demande émise par le Conseil de sécurité de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium.

Selon un diplomate proche de l’AIEA, la publication de ce rapport interviendra probablement jeudi, et non mercredi comme on s’y attendait.

Mardi à Vienne, le chef des négociateurs iraniens dans le domaine nucléaire, Ali Larijani, a déclaré avant de rencontrer le directeur général de l’AIEA, Mohamed el-Baradei, que le litige ne serait pas réglé par la force ou les pressions. « Il existe peut-être certains groupes ou pays qui veulent contraindre l’Iran par la force (…) le dossier nucléaire iranien ne pourra être réglé par la force et les pressions », a-t-il prévenu.

Il a néanmoins ajouté devant la presse: « Si l’autre camp s’inquiète d’éventuels détournements des activités de l’Iran à l’avenir, nous n’avons aucune objection à dissiper ces préoccupations à la table de négociation ».

Le Conseil de sécurité a imposé des sanctions à l’Iran le 23 décembre dernier, visant les transferts de technologie sensible dans le domaine nucléaire. El-Baradei s’attend à ce que cette instance renforce ses sanctions si l’Iran persiste à refuser de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium.

Dans le contexte de montée de la tension lié au rapport que doit présenter el-Baradei mercredi, le porte-avions américain John C. Stennis et son groupe naval ont rejoint dans le Golfe un autre porte-avions américain déjà présent. Le contre-amiral Kevin Quinn, commandant du groupe naval du Stennis, a précisé que ses navires étaient « là pour renforcer la stabilité et la sécurité dans la région », mais les analystes voient dans ce déploiement un avertissement clair adressé à l’Iran.

Pour sa part, la BBC a révélé, sur la foi de sources diplomatiques non identifiées, que les préparatifs américains en vue d’une éventuelle attaque de l’Iran allaient au-delà du bombardement des sites nucléaires et incluaient la majeure partie des infrastructures militaires du pays.

« D’après ce que nous savons, semblable attaque, si l’ordre en était donné, prendrait pour cible des bases aériennes et navales, des sites de missiles et des centres de commandement iraniens ». L’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, dans le centre de l’Iran, serait notamment visé dans une telle éventualité. C’est là que les Iraniens ont commencé à installer des centrifugeuses.

7,062FansJ'aime
1,179SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Conférence de la Journée internationale de la femme en soutien à la lutte des femmes en Iran

Le 4 mars, une conférence a eu lieu en l'honneur de la journée internationale de la femme. Conférence intitulée...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous