IranNucléaireVote de l'Onu sur un projet de sanctions contre...

Vote de l’Onu sur un projet de sanctions contre l’Iran

-

Reuters, 24 mars – Les 15 membres du Conseil de sécurité de l’Onu sont parvenus vendredi à un accord sur une résolution imposant de nouvelles sanctions à l’Iran pour la poursuite de son programme nucléaire, que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a finalement renoncé à venir défendre au siège de l’Onu pour un problème de visas.

Un vote sur ce texte est prévu samedi à 15h00 (19h00 GMT), sauf évolution de dernière minute. La mouture devait être transmise dans la nuit aux capitales des membres du Conseil de sécurité.

« Il y aura un vote demain et nous sommes tous déterminés à ce que le vote soit unanime », a déclaré l’ambassadeur de Grande-Bretagne, Emyr Jones Parry.

Ce dernier et le vice-représentant américain Alejandro Wolff ont fait part de leur confiance sur un vote unanime du Conseil en faveur de cette résolution élaborée par les cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) et l’Allemagne.

Neuf voix pour sont nécessaires sans veto d’un membre permanent, ce qui semble être le cas.

L’Afrique du Sud, qui avait soumis des amendements édulcorant le projet des Six, devrait voter en sa faveur.

« Nous n’avons pas obtenu tout ce que nous voulions mais nous avons obtenu beaucoup », a déclaré l’ambassadeur sud-africain Dumisani Kumalo.

« LA BARRE N’EST PAS TRÈS HAUTE »

Afin de rallier les Sud-Africains, le texte détaille, pour chaque personne physique ou morale visée par des sanctions financières, les raisons pour lesquelles elle figure sur cette liste.

Les Six réitèrent en outre leur volonté de négocier et de fournir à l’Iran des incitations économiques s’il suspend son programme nucléaire.

« Dès que l’Iran aura suspendu de manière vérifiable ses activités d’enrichissement (d’uranium), le Conseil suspendra son action et nous serons à nouveau en mesure d’examiner cette question d’un point de vue politique. La barre n’est donc pas très haute pour l’Iran », a déclaré Wolff.

Mahmoud Ahmadinejad avait prévu de défendre le programme nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité. Il a finalement annulé son déplacement à New York en raison du caractère tardif de la délivrance des visas par les Etats-Unis, a déclaré l’ambassadeur iranien à l’Onu, Javad Zarif.

Les responsables américains réfutent cette explication et affirment que le président iranien, dont le visa est arrivé vendredi, aurait parfaitement eu le temps de se rendre aux Etats-Unis.

Les arguments de l’Iran seront finalement présentés par le ministre des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, dont le visa est arrivé plus tôt vendredi.

PROCHE-ORIENT SANS ARMES NUCLÉAIRES

L’Iran refuse de suspendre son programme nucléaire, dont il défend le caractère exclusivement pacifique. Les Etats-Unis et leurs alliés soupçonnent l’Iran de chercher à se doter d’un arsenal nucléaire sous le couvert d’un programme civil.

Le Conseil de sécurité a déjà imposé des sanctions à l’Iran dans le cadre de la résolution 1737 adoptée le 23 décembre.

Le nouveau projet de texte propose un embargo total sur les armements à destination de l’Iran, le gel des avoirs à l’étranger de 28 nouvelles personnes physiques et morales, dont le commandant du corps des Gardiens de la Révolution et des compagnies qui en dépendent, et la banque publique Sepah. Il fixe en outre de nouvelles restrictions à l’attribution d’aides ou de prêts aux autorités iraniennes.

Même si l’adoption de la résolution paraît certaine, les Six souhaitent obtenir un vote unanime pour lui conférer une légitimité supplémentaire.

Pour cette raison, Wolff a négocié pendant plusieurs heures vendredi avec le représentant indonésien Rezlan Ishar Jenie, au sujet d’un amendement réclamé par l’Indonésie et le Qatar pour défendre l’absence d’armes nucléaires au Proche-Orient.

Israël est considéré comme la seule puissance nucléaire de la région mais l’Etat juif maintient une politique d’ambiguïté à ce sujet.

Le préambule de la résolution affirme désormais que le règlement de la question nucléaire iranienne contribuerait aux efforts de non-prolifération dans le monde et à la réalisation de l’objectif d’un Proche-Orient sans armes de destruction massive.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous