IranNucléaireNucléaire iranien: pas de nouvelles sanctions à l'ONU contre...

Nucléaire iranien: pas de nouvelles sanctions à l’ONU contre Téhéran avant début 2008, selon des dip

-

The Associated Press, 13 décembre – Le Conseil de sécurité des Nations unies n’adoptera pas de nouvelles sanctions contre l’Iran avant début 2008 en raison de profondes divergences entre d’un côté les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, et de l’autre la Russie et la Chine, selon des diplomates à l’ONU.

Le Conseil de sécurité envisage l’adoption d’un troisième train de sanctions contre Téhéran, qui refuse toujours de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium. Une discussion par téléphone d’une heure et demie mardi entre les directeurs politiques des cinq membres du Conseil -Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine- et de l’Allemagne a mis en évidence des désaccords sur le dossier.

« Je pense qu’il est improbable, malheureusement, que nous puissions faire des progrès en 2007 », a déclaré à la presse l’ambassadeur britannique à l’ONU, John Sauers. « Nous reviendrons sur cette question en 2008. »

Un avis partagé par l’ambassadeur chinois Wang Guangya, qui note qu’il reste peu de temps en décembre. « Il est plus probable que cela vienne en janvier au Conseil de sécurité », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

Selon M. Sauers, « il y a toujours de grandes divergences entre d’un côté la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis et de l’autre la Russie et la Chine » sur la teneur de nouvelles sanctions.

Des responsables américains ont souligné lundi qu’un projet de résolution présenté par la France visait notamment l’une des principales banques iraniennes. Or, la Chine est hostile à toute sanction affectant les échanges commerciaux avec l’Iran tandis que la Russie est opposée à des mesures contre les banques iraniennes, soulignent des diplomates sous couvert d’anonymat.

Selon l’ambassadeur américain Zalmay Khalilzad, il est nécessaire d’augmenter la pression sur l’Iran « pour l’inciter à coopérer avec la communauté internationale » et à suspendre l’enrichissement d’uranium.

La semaine dernière, Wang Guangya avait souligné que le récent rapport du renseignement américain qui conclut que l’Iran a arrêté son programme nucléaire militaire en 2003, soulevait des questions sur l’opportunité de nouvelles sanctions. AP

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous