IranNucléaireL'Onu adopte un quatrième train de sanctions contre l'Iran

L’Onu adopte un quatrième train de sanctions contre l’Iran

-

Reuters : par Louis Charbonneau et Patrick Worsnip –  Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté mercredi par 12 voix pour, deux contre et une abstention un quatrième train de sanctions contre l’Iran, accusé par les Occidentaux de poursuivre un programme nucléaire à des fins militaires.

Le Brésil et la Turquie, membres temporaires du Conseil qui ont oeuvré à une médiation dans ce contentieux entre Téhéran et l’Occident, se sont opposés aux sanctions tandis que le Liban s’est abstenu.

Les cinq membres permanents, y compris la Chine et la Russie traditionnellement rétives à sanctionner l’Iran, ont approuvé le texte soutenu par les Etats-Unis et ses alliés britannique, français et allemand.

L’adoption de cette résolution est le résultat de cinq mois de tractations intenses, notamment entre Washington d’une part et Moscou et Pékin de l’autre.

Américains, Français, Britanniques et Allemands souhaitaient des mesures plus coercitives, dont certaines visent le secteur iranien de l’énergie, mais Russes et Chinois ont obtenu un allégement des dispositions contenues dans les 10 pages de la résolution.

Il s’agit de la quatrième série de sanctions prises contre Téhéran depuis 2006 et celle qui a obtenu le soutien le plus faible (12 voix pour) de la part du Conseil de sécurité.

« Le Conseil s’est montré à la hauteur de ses responsabilités. Maintenant, l’Iran devrait adopter une position plus sage », a déclaré l’ambassadrice américaine Susan Rice devant les membres du Conseil de sécurité.

(…)

A Vienne, siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Téhéran a fait savoir qu’il ne suspendrait pas ses activités d’enrichissement d’uranium.

La résolution prévoit notamment des mesures contre les nouvelles banques iraniennes à l’étranger qui pourraient être soupçonnées de liens avec des programmes nucléaires ou militaires.

Elle appelle également à une vigilance accrue à l’égard de toutes les banques iraniennes, y compris la banque centrale d’Iran.

Elle prolonge l’embargo de l’Onu sur les ventes d’armes à Téhéran et établit une liste noire d’entreprises et d’individus visés par les sanctions.

Pierre Sérisier pour le service français, édité par Pascal Liétout

 

7,062FansLike
1,162FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous