IranNucléaireL'Iran affirme avoir produit 20 kilos d'uranium enrichi à...

L’Iran affirme avoir produit 20 kilos d’uranium enrichi à 20%

-

AFP – L’Iran a affirmé dimanche avoir produit environ 20 kilos d’uranium enrichi à 20%, défiant la communauté internationale qui souhaite le voir suspendre son programme nucléaire controversé.

« Nous avons produit environ 20 kilos d’uranium enrichi à 20%, et nous travaillons à produire des plaques de combustible », a déclaré le chef du nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi à l’agence Isna.

L’uranium enrichi peut servir de combustible pour alimenter des réacteurs nucléaires, mais aussi pour créer le noyau fissible d’une bombe atomique.

Emmenées par Washington, les grandes puissances demandent à Téhéran de suspendre son activité d’enrichissement d’uranium, redoutant que l’Iran ne cherche à se doter de l’arme nucléaire par ce biais.
Téhéran soutient que son programme nucléaire est entièrement pacifique.

M. Salehi a répété dimanche que d’ici septembre 2011 l’Iran pourrait par lui-même « livrer le combustible nécessaire au réacteur de recherche de Téhéran ».

Le responsable avait auparavant assuré que l’Iran détenait le savoir-faire technique pour fabriquer les plaques de combustible destinées à alimenter le réacteur, ce que récusent les pays occidentaux.

Le président Mahmoud Ahmadinejad avait ordonné en février l’enrichissement d’uranium à 20% après l’échec d’un projet d’échange initié par l’ONU.

Le 17 mai, le Brésil et la Turquie ont émis une nouvelle proposition d’échange selon laquelle l’Iran enverrait son uranium faiblement enrichi en Turquie puis recevrait, dans un deuxième temps, du combustible pour son réacteur de recherche.

Mais les grandes puissances ont rejeté cette proposition, et soutenu le 9 juin une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU instaurant un quatrième volet de sanctions à l’encontre de la République islamique.

Dans un communiqué distinct, le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki s’est dit prêt dimanche à discuter de la proposition de la Turquie et du Brésil avec le « groupe de Vienne », composé de Téhéran, Washington, Paris, Moscou et de la cellule de veille nucléaire de l’ONU.

Le groupe de Vienne, en charge du projet d’échange, « a accepté » la présence du Brésil et de la Turquie dans les négociations, a-t-il affirmé.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous