NewsResistanceFrance: requête de non-lieu des Moudjahidine du peuple iraniens

France: requête de non-lieu des Moudjahidine du peuple iraniens

-

ImageAFP: Les avocats des Moudjahidine du peuple iranien mis en cause dans une enquête judiciaire antiterroriste en France ont indiqué lundi avoir déposé une requête aux fins de non-lieu, à la suite du retrait de l’organisation d’opposition iranienne de la liste noire de l’UE.

L’enquête ouverte en France en 2001 avait conduit en juin 2003 à un vaste coup de filet au siège du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, principal mouvement de résistance au régime iranien et vitrine politique de l’OMPI) à Auvers-sur-Oise, près de Paris, et 24 inculpations, dont celle de sa présidente Maryam Radjavi.

Dans leur requête déposée jeudi, les avocats des 24 membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple iraniens (OMPI) poursuivis en France pour des faits terroristes demandent à la justice française de "tirer les conséquences juridiques" de la décision de l’Union européenne du 26 janvier de retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes.

"La colonne vertébrale de l’accusation de terrorisme n’existe plus, les juges doivent en tirer les conséquences juridiques, il n’y a pas de raison d’attendre", a déclaré à l’AFP, Me William Bourdon, avocat de l’un des mis en examen.

Pour Me Bourdon, "quand bien même on considèrerait comme terroristes les actions commises (par l’OMPI) sur le territoire iranien en 2000-2001, il faudrait revenir sur la doctrine française et internationale entérinant le droit de résistance à la barbarie et assumer une coopération technique et donc politique avec les juges-mollahs : c’est impossible et invraisemblable".

"Depuis 2001, à plus forte raison depuis 2003, il n’y aucun élément d’aucune sorte qui puisse établir la préparation d’acte de terrorisme", a de son côté affirmé Me Mario Stasi, un autre avocat de la défense.

Mme Radjavi a dénoncé début mars la poursuite d’une enquête judiciaire répondant selon elle à un "objectif politique" dans le cadre d’une ""politique de complaisance des occidentaux" vis-à-vis de Téhéran.

Fondée en 1965, l’organisation a contribué à renverser le régime du Chah en 1979, mais s’est ensuite retournée contre la République islamique. Elle a affirmé en 2001 avoir renoncé à la violence.

23 mars 2009 (AFP)

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous