NewsSur le filL'AIEA demande plus d'informations à l'Iran sur son programme...

L’AIEA demande plus d’informations à l’Iran sur son programme nucléaire

-

"L’Iran détient plus d’informations qu’il ne nous en fournit", a commenté une source proche de l’AIEA. "L’Iran doit encore fournir des explications substantielles", a ajouté cet officiel, laissant filtrer la frustration des équipes d’enquêteurs internationaux. Il a souligné qu’en l’absence de transparence de la part de l’Iran, l’AIEA "n’a peut-être qu’une vision partielle" de l’ensemble des travaux nucléaires, faisant ainsi allusion à une possible dimension restée clandestine.

SITE DE TESTS

Depuis février, l’AIEA enquête au cœur des questions les plus sensibles du programme nucléaire iranien, celles liées à une possible militarisation : des études soupçonnées de recouvrir la mise au point d’un site de tests nucléaires et la fabrication d’une tête de missile capable d’accueillir une charge nucléaire. L’Iran avait refusé de se pencher sur ces questions dans son dialogue avec l’Agence, avant de se raviser le 21 avril. Mais ses réponses ont été incomplètes, selon l’AIEA.

Le rapport, d’une tonalité assez sévère, insiste sur la nécessité pour l’Iran de tirer au clair les liens entre des institutions militaires et le secteur nucléaire. Des sociétés rattachées au ministère iranien de la défense ont produit des équipements pour le programme nucléaire, notamment des composantes de centrifugeuses, et auraient pris part à des efforts d’acquisition de matériel nucléaire à l’étranger. L’AIEA a ainsi demandé en vain des éclaircissements à propos des voyages effectués entre 1998 et 2001 à l’étranger par un homme clé du programme iranien, Mohsen Fakrizadeh.

Le rapport met aussi en évidence le rôle du Pakistan. L’AIEA a eu la confirmation qu’un document sur le moulage d’uranium-métal en forme hémisphérique, susceptible de correspondre à une tête de missile, provenait des réseaux pakistanais du marché noir nucléaire.

L’Iran continue d’affirmer que certains des documents que lui a soumis l’AIEA sont des "falsifications", mais il a néanmoins accepté le processus de l’enquête, qui pourrait s’étirer encore sur des mois, dit l’officiel proche de l’Agence. Entre-temps, défiant les demandes de l’ONU, l’Iran continue d’enrichir de l’uranium. Quelque 3 500 centrifugeuses tournent désormais sur le site de Natanz.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous