NewsSur le filIran : Une semaine de manifestations étudiantes à la...

Iran : Une semaine de manifestations étudiantes à la veille du 7 décembre

-

ImageIran Focus : Malgré les arrestations et les mesures répressives du régime, les manifestations étudiantes se sont poursuivit dans tout l’Iran à l’approche des manifestations de la Journée des Etudiants le 7 décembre.

Selon un communiqué de la coalition de la Résistance iranienne, CNRI, qui rapporte l’ampleur du mouvement de contestation durant la semaine écoulée,  les étudiants de l’École de technologie à l’Université de Téhéran ont organisé le 30 novembre dernier  une manifestation aux cris de «Mort au dictateur » et « Avec l’aide de Dieu, la victoire est proche, à bas ce gouvernement trompeur ». Ils ont appelé à la libération de leurs camarades emprisonnés en scandant «libérez les étudiants emprisonnés ». Ils ont également refusé de prendre leur déjeuner et ont aligné leurs plateaux sur le sol.

Le 29 novembre, les étudiants de la faculté de lettres et de sciences humaines de Téhéran ont protesté contre l’arrestation de leurs camarades dans les facultés de droit, de philosophie et de technologie. Ils ont collé des photos de leurs amis en captivité sur les murs de l’université et inscrit des slogans appelant à leur libération. Une protestation similaire a été organisée la semaine dernière par les étudiants en génie électrique et informatique.

Les étudiants de l’Université Azad de Téhéran-Sud ont manifesté à la faculté de Technologie, scandant «Mort au dictateur » et « libérer les étudiants emprisonnés », malgré le blocus et les menaces des services de renseignement et de la milice du Bassidj.

25 membres du corps professoral du département d’économie de l’université Allameh Tabataba’i ont publié une déclaration condamnant l’arrestation de six étudiants et appelant à leur libération immédiate et inconditionnelle. Les étudiants ont soutenu leurs professeurs.

Par ailleurs, les étudiants du département de littérature d’Allameh Tabataba’i ont également perturbé un discours d’un député du Majlis des mollahs, Alireza Zakani. Des centaines d’autres du département des sciences sociales ont signé une pétition pour protester contre l’arrestation de certains de leurs camarades ainsi que la convocation de 10 étudiants au conseil de discipline où ils ont reçu de lourdes peines.

Au département du génie électrique de l’université Khajeh Nassir Toussi, les étudiants ont refusé d’assister aux cours, décidant à la place de protester au pied du bâtiment. Ils scandaient «Libérez les étudiants emprisonnés», «l’Iran est devenu une prison, Evine est devenue une université» et «les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation ». Les cours dans l’après-midi ont été boycottés et le mouvement s’est poursuivi toute la journée

Le 30 novembre, à Ardebil, ville du nord-ouest de l’Iran, les étudiants de l’université Ardebili Mohaghegh ont perturbé un discours du général des gardiens de la révolution (CGR), Saffar Harandi, qui est également conseiller du commandant-en-chef du CGR, et ont affronté les agents de la sécurité sur le campus (qui sont une branche du ministère du Renseignement dans les universités). Les slogans visaient Saffar Harandi, qui a également dirigé le ministère de la Culture au cours du précédent gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad :"C’est une honte, c’est une honte, c’est l’assassin de la culture», et «Le sang qui coule dans nos veines est un cadeau pour notre peuple ». La sécurité a chargé les étudiants et confisqué leurs caméras.

Le 1er décembre, à Kermanchah, les étudiants du département de Technologie de l’université Razi ont refusé d’assister aux cours pour protester contre l’arrestation de leurs amis et d’autres mesures répressives. Ils ont également boycotté les restos U, en alignant sur le sol les plateaux repas du self-service jusqu’au bâtiment du département de technologie.

Dans la ville d’Oroumieh, des centaines d’étudiants ont organisé une manifestation pour protester contre la mort d’un de leurs camarades en raison du manque de mesures de sécurité à l’université.

A Hormozgan, les étudiants ont refusé de suivre les cours pour protester contre la décision effarant du régime d’enterrer les restes morts de la guerre antipatriotique avec l’Irak dans l’enceinte de l’université.

Parmi d’autres actes de protestation menés par les étudiants sur une grande échelle dans tout le pays, on trouve notamment l’inscription de slogans, le collage d’affiches, des expositions de photos sur les mesures répressives du régime et la destruction des portraits du Guide suprême des mollahs. Cela s’est passé entre autres à l’Université de Science et Technologie de Téhéran, l’Université de Mazandaran, l’Université des sciences et des technologies de Babol, l’Université Libre de Lahijan, et les divers départements de l’Université de Téhéran, comme la faculté de Lettres, de Droit et de Sciences politiques. En plus d’exprimer leur haine et leur colère, les étudiants ont appelé leurs camarades à se joindre aux manifestations prévues pour la Journée des Etudiants le 7 décembre.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous