NewsSur le filLa Fête du Feu, un cauchemar pour le pouvoir

La Fête du Feu, un cauchemar pour le pouvoir

-

Iran Focus : Redoutant des protestations populaires à l’occasion de la Fête de fin d’année (iranienne, 1388) les autorités iraniennes déploient leurs dispositifs de sécurité en intensifiant les mesures de répression dans le pays.

La fête du feu, « Tchahar-chanbé-souri » est célébrée la veille du dernier mercredi de l’année, soit le 16 mars prochain. Déjà la perspective d’un nouvel embrasement populaire hante le régime. Chaque année il lance des mises en garde et des interdits contre ces réjouissances, païennes à ses yeux, mais vénérées par les Iraniens. Cette fête a toujours servi, sous le régime des mollahs, de tremplin pour contester la dictature religieuse. Cette année, cependant, elle sera fortement marquée par l’insurrection qui ébranle le pays depuis près de neuf mois.

Divers réseau de résistance se sont donné rendez-vous pour braver l’interdit et célébrer en masse cette soirée en alimentant les feux de joie des effigies du guide suprême Ali Khamenei et de Mahmoud Ahmadinejad. 

ImageLe régime s’est mobilisé pour empêcher les débordements insurrectionnels et toute connotation politique. Les gardiens de la révolution et l’ensemble de l’appareil répressif s’ingénient à planifier une batterie de mesures pour étouffer ces festivités de fin d’année.

La fête du feu est imbriquée dans la tradition culturelle iranienne, par conséquent, en dépit de toutes les mesures, le pouvoir ne pourra empêcher les rassemblements et les feux traditionnels.

Le casse-tête vient du trait caractéristique de la fête : contrairement aux précédents mouvements qui se déroulaient dans des endroits déterminés et des places symboliques, le festival du feu, lui, va se dérouler à chaque coin de rue, dans chaque quartier, à travers toute la capitale.

Pour repérer à l’avance les contestataires, des éléments des pasdaran, de la milice du Bassidj et de la police se sont répartis à travers Téhéran. ؤa police intervient dans les quartiers sous prétexte de protéger les citoyens et procéder à des arrestations massives. Le pouvoir judiciaire a brandi de lourdes peines allant jusqu’à trois ans de prison.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous