NewsSur le filIran: confirmation de la peine de mort de six...

Iran: confirmation de la peine de mort de six opposants

-

ImageAFP: La justice a confirmé la peine de mort contre six opposants arrêtés lors des troubles post-électoraux de 2009 et accusés d’appartenir à l’organisation des Moudjahidine du peuple, principal groupe d’opposition armée au régime iranien, a indiqué samedi le procureur de Téhéran.

Trois d’entre eux auraient été arrêtés lors d’émeutes en décembre, selon M. Abbas Jafari Dolatabadi qui les a identifiés comme "Ahmad Daneshpour Moghadam, Mohsen Daneshpour Moghadam et Alireza Ghanbari".

"Ce sont sont des partisans des monafeghine (hypocrites, terme utilisé pour désigner les Moudjahidine). Leur peine de mort est devenue définitive, mais ils ont demandé une grâce", a déclaré le procureur cité par l’agence Fars.

M. Jafari Dolatabadi a également indiqué que "les peines de mort contre Mohammad Ali Saremi, Jafar Kazemi et Mohammad-Ali Haj-Aghai, (…) des monafeghine, ont été confirmées", précisant qu’ils avaient été arrêtés en septembre.

Le procureur avait annoncé en début d’année que dix personnes arrêtées lors des manifestations de l’opposition avaient été condamnées à la peine capitale par le tribunal de première instance.

M. Jafari Dolatabadi a précisé que "les condamnations à mort de Motahareh Bahrami Haghighi, Reyhaneh Haj-Ebrahim et Hadi Ghaemi avaient été commuées en peine de prison" sans toutefois donner d’autres détails.

Par ailleurs, la peine capitale prononcée à l’encontre de Mohammad-Amin Valian, étudiant arrêté lors des manifestations, a également été commuée en trois ans et demi de prison ferme, selon l’agence Isna, citant le parquet révolutionnaire de Téhéran.

Toujours selon le parquet, la cour d’appel a confirmé la peine de trois ans de prison ferme d’Azar Mansouri, l’une des dirigeantes du Front de la participation, l’un des principaux partis réformateurs interdits par les autorités.

Enfin, le journaliste réformateur Massoud Bastani a été condamné à six ans de prison ferme, selon l’agence Ilna.

Deux militants accusés d’appartenir à un groupe monarchiste clandestin et arrêtés, eux, avant le scrutin présidentiel de juin 2009, ont été pendus le 28 janvier, marquant les premières exécutions d’opposants depuis le début de la crise politique provoquée par la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad.

Dimanche dernier, un militant d’un groupe monarchiste et quatre membres du groupe rebelle armé kurde PJAK ont été pendus dans la prison d’Evine à Téhéran.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous