UncategorizedPauvreté et manque de liberté, raisons des protestations continues...

Pauvreté et manque de liberté, raisons des protestations continues de l’Iran

-

Les protestations à travers l’Iran sont devenues chroniques, et l’une des raisons en est l’augmentation de la pauvreté et des conditions de vie critiques de la population.

La pauvreté et la corruption sont désormais les principaux problèmes de l’économie du pays. Même les partisans du régime iranien critiquent les promesses des responsables du régime de trouver une solution, qui ne sont pas allées au-delà de promesses creuses.

La situation des personnes démunies s’aggrave. Dans un pays de 84 millions d’habitants, plus de 65 millions de personnes luttent de diverses manières contre les effets de la pauvreté. Cela soulève la question de savoir comment le régime peut-il continuer à prétendre que cette situation est normale, et compte tenu des problèmes auxquels la société est confrontée, comment le régime peut-il s’attendre à ce que le peuple arrête ses manifestations ?

Pauvreté et manque de liberté, raisons des protestations continues de l'IranSupposons que le poulet puisse être trouvé sur le marché au meilleur prix de 60 000 tomans (1,7 $) le kilo, pour acheter un poulet de trois kilogrammes, vous devez payer 180 000 tomans (5,1 $). Le salaire journalier minimum des travailleurs en 2022 est d’environ 140 000 tomans (4 $). Si l’on ajoute les avantages salariaux à ce chiffre, le salaire journalier atteint un maximum de 200 000 tomans (5,7 $). Comment un travailleur avec un salaire journalier de 200 000 tomans et une petite subvention en espèces peut-il se permettre tous les éléments d’un panier de subsistance de base et nourrir sa famille ?

Plus de 63 % de la population du pays ne peuvent même pas couvrir la moitié de leurs frais de subsistance, et malgré cela, les problèmes de moyens de subsistance sont devenus la dernière préoccupation du régime.

Aujourd’hui, si une famille de trois personnes a un revenu mensuel fixe de 17,6 millions de tomans (500 dollars), elle devrait pouvoir subvenir aux frais de subsistance, louer une maison, acheter quelques kilos de viande et de poulet par mois et couvrir les frais d’éducation. et un traitement médical. Cependant, l’écart salarial d’environ 70 % des travailleurs employés avec ce chiffre minimum est supérieur à 63 %.

Selon les derniers calculs, alors que les familles actives moyennes gagnent environ 17,6 millions de tomans, un énorme écart entre les frais de subsistance et les salaires équivaut à plus de 63 %. Sur la base des indicateurs et des statistiques disponibles annoncés par le régime, 9 familles sur 10 reçoivent des subventions, ce qui comprend près de 74 millions de personnes de la population du pays.

Lors de l’augmentation du prix de l’essence, le régime a annoncé que, sur la base de statistiques et d’indicateurs organisationnels, il mènerait une enquête nationale et identifierait les personnes habilitées à recevoir des subventions à l’essence. Sur cette base, les institutions du régime ont annoncé que 60 millions de personnes de la population du pays avaient le droit de recevoir des subventions à l’essence.

La population salariée, les employés, les ouvriers et les retraités ont perdu la possibilité de maintenir la vie au salaire minimum sans soutien. Le seuil de pauvreté absolue du pays inclut les personnes classées comme contacts des organisations de soutien. Actuellement, le seuil de pauvreté absolue atteint 8 à 9 millions de tomans (260 $) par mois.

Le seuil de pauvreté relative comprend également les ménages qui, en plus des conditions préalables liées aux moyens de subsistance et aux coûts alimentaires généraux, sont également confrontés au défi de faire face aux dépenses de base d’éducation, de bien-être ou de logement.

Selon les indicateurs publiés, le coût du loyer à Téhéran est constamment supérieur à 7 millions de tomans (200 dollars). La part moyenne du coût de la fourniture de logements dans les zones urbaines de 31 provinces l’année dernière était égale à 36%, ce qui signifie que ladite part a dépassé de loin la valeur conventionnelle de moins de 30% à travers le monde.

Même si le seuil de pauvreté relative à Téhéran et dans les grandes villes est de 20 millions de tomans, 65 % des retraités du pays gagnent moins de 8 à 9 millions de tomans (260 $), ce qui signifie qu’ils se trouvent dans la zone de pauvreté absolue. Hormis certains groupes, la plupart des employés sont payés bien en dessous de 14 millions de tomans.

Selon les statistiques annoncées par les organisations de soutien au régime, 30 millions de personnes dans le pays dépendent des services du comité de secours et d’aide sociale et des organisations caritatives.

L’indicateur de croissance de la liquidité affiche actuellement une augmentation de 160 %. Tous ces facteurs, ainsi que l’inflation galopante et l’incompétence et la corruption des responsables du régime, ont transformé la pauvreté en Iran en une super crise. Ceci, combiné au manque de droits humains fondamentaux, a conduit le peuple iranien à descendre dans la rue ces derniers mois pour lutter pour ses droits et mettre fin au régime théocratique, et pas seulement pour protester contre les règles obligatoires du hijab.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous