EconomyÉconomieLa crise économique inextricable du régime iranien

La crise économique inextricable du régime iranien

-

Malgré les prétentions du régime iranien qui affirme combattre la corruption, augmenter les salaires, supprimer les subventions pour les riches et augmenter les subventions pour les pauvres, résoudre le problème du logement en créant un million de logements chaque année, rendre l’agriculture du pays indépendante des importations extérieures et créer un boom économique en améliorant l’industrie du pays, les statistiques et les chiffres montrent autre chose.

Selon la dernière mise à jour des données de la Banque mondiale en juillet 2021, le PIB de l’Iran est passé de 445 milliards de dollars en 2017 à 191 milliards de dollars en 2020.

Le PIB de l’Iran se classe au 26e rang des pays du monde en 2017 et tombe au 50e en 2020.

Les pertes astronomiques de 67 000 milliards de tomans par la Banque nationale iranienne sont le prochain fait du naufrage de l’économie iranienne.

Un document récent publié par la Banque nationale iranienne montre que sur les quelque 16 000 milliards de tomans de créances de la banque, plus de 10,5 milliards de tomans sont douteux.

La Banque nationale, outre les lourdes pertes accumulées au cours de l’année écoulée avec l’acquisition de 40,4 milliards de tomans de revenus et le paiement de 41,3 milliards de tomans d’intérêts de dépôt, a enregistré un solde d’exploitation négatif de 983,9 milliards de tomans.

Le résultat est une corruption croissante, suivie d’une pauvreté insupportable de la population. Selon les statistiques, le revenu moyen du segment le plus riche de la société est 34 fois supérieur au revenu moyen de la strate la plus pauvre.

L’expansion de la recherche de rentes a exacerbé les divisions de classe dans la société et, en plus d’ajouter à la richesse légendaire des riches, a rapidement augmenté le nombre de la population en dessous du seuil de pauvreté.

La question est de savoir pourquoi, malgré les promesses faites par le parlement et le gouvernement pour aider les classes à faibles revenus de la société, nous avons assisté avec le temps à une augmentation du nombre de pauvres et l’inverse pour les riches ?

La réponse est claire pour les analystes iraniens : la corruption du gouvernement et l’accumulation des richesses du pays par l’élite islamiste menés par le guide suprême.

Un endroit où cette corruption est évidente est la bourse. Comment ?

L’indice total de la Bourse de Téhéran a chuté de 38 000 points pour atteindre 1 488 000 à la clôture de la bourse la semaine dernière.

Dans la séance d’hier (19 septembre 2021), l’indice a également fortement chuté de 37 991 points par rapport à mercredi, tombant à 1 450 000 points.

Au cours de cette période, une partie de l’argent réel a été retiré du marché des capitaux, ce qui, selon les experts, continuerait de se lier uniquement à l’avenir incertain des négociations du JCPOA et sans tenir compte de la corruption du régime dans cet événement.

Lors de la négociation d’hier pour la deuxième journée consécutive, la valeur nette du changement de propriété légale en marché réel est devenue négative et 845 milliards de tomans d’argent réel ont été retirés de la bourse. Le nombre a augmenté de plus de 100% par rapport au mercredi 1er septembre 2021.

Et le fait que l’espoir du régime pour un changement économique n’est qu’une illusion peut se voir en regardant le résultat des négociations de Vienne et en espérant gagner des dollars comme à l’époque d’Obama.

Ceci a pu être constaté dans la dernière expression de l’ambassadeur adjoint de Corée du Sud à Téhéran.

L’agence de presse officielle Entekhab a écrit : « Se référant aux 7 milliards de dollars qui ont été bloqués, l’ambassadeur adjoint de Corée du Sud à Téhéran, Park Su-dak, a déclaré : « Jusqu’à présent, à partir de ces sources, nous n’avons pu exporter que 16 millions de cotisations de la République islamique d’Iran aux Nations Unies et près de 50 millions de dollars d’articles humanitaires tels que des médicaments à destination de l’Iran. » (Agence de presse d’État Entekhab, 18 septembre 2021)

Lire aussi :Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous