EconomyÉconomieLe régime iranien et le problème de son accord...

Le régime iranien et le problème de son accord avec la Chine

-

Le 13 janvier, le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, Hossein Amir Abdollahian, s’est rendu en Chine pour discuter des relations bilatérales et de la mise en œuvre de l’accord de 25 ans entre les deux États.

L’agence de presse officielle Fars a cité le 17 janvier le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du régime, Saeed Khatibzadeh, disant : « Nous espérons que les accords qui ont commencé à être mis en œuvre ouvriront un horizon dans les relations stratégiques entre les deux pays ».

Cet accord désastreux est en préparation depuis longtemps. Le texte a été préparé par l’ancien président du parlement iranien Ali Larijani avant d’être finalement signé par le gouvernement du président du régime Hassan Rohani, le tout sous la supervision du guide suprême du régime Ali Khamenei. Cependant, tout le monde n’est pas satisfait de l’accord, car de nombreux responsables du régime et des médias d’État se plaignent des effets secondaires potentiels pour l’avenir de l’Iran en rendant le pays dépendant de la Chine.

Dans un article publié le 17 janvier, le quotidien d’État du régime, Jahan-e Sanat, a déclaré : « L’une des pires et des plus terrifiantes choses concernant l’accord avec la Chine est que la Chine a décidé que les détails du contrat ne devraient pas être rendus publics. »

Le même jour, le quotidien officiel Setareh-e Sobh a cité Heshmatollah Falahatpisheh, membre du parlement du régime et ancien président de la commission de sécurité, à propos du secret du gouvernement.

Il a déclaré : « Jusqu’à présent, aucun détail de l’accord stratégique avec la Chine n’a été publié. Mais il faut préciser avec soin à quel niveau, avec quelle qualité, dans quelle mesure et sur la base de quels engagements ces collaborations se déroulent. »

Le régime iranien et le problème de son accord avec la Chine

Dans l’équilibre mondial actuel des puissances, le régime iranien est beaucoup plus faible que la Chine, qui est l’une des grandes puissances mondiales et a une économie forte. La seule raison pour laquelle ils concluent un accord avec la Chine, et la Russie d’ailleurs, est de gagner leur soutien dans les relations régionales et internationales en accordant des concessions et en vendant aux enchères les ressources et la richesse nationale du pays, qui appartiennent en fin de compte au peuple iranien.

Dans le même temps, ces pays ont toujours tiré de nombreux avantages financiers et politiques du régime, mais ont toujours privilégié leurs intérêts stratégiques avec les pays occidentaux, en particulier les États-Unis et les pays importants de la région. Dans le passé, chaque fois que le régime avait besoin d’un soutien sérieux de la part de ces pays, ils finissaient par lui couper l’herbe sous le pied.

Abbas Abadi, l’un des membres de la faction « modérée » du régime, a déclaré que, lorsqu’il s’agit de voter sur les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU contre le programme nucléaire du régime, « ils (la Chine et la Russie) n’ont pas regretté d’avoir voté en faveur du résolutions. Leur soutien aux résolutions est justifié par leur défense de l’ordre international existant. Ces pays poursuivent leurs propres intérêts au sein de cet ordre. Et dans ce cadre, ils essaient de trouver des partenaires » (quotidien Etemad du 17 janvier 2022).

Il a ajouté que « s’ils pensent pouvoir compter sur l’hypothétique soutien des deux pays (Chine et Russie) face à l’ordre mondial existant, ils se trompent certainement ».

Les relations du régime avec la Russie et la Chine évoluent sur une voie à sens unique, dont seuls ces pays bénéficient. Comme l’a déclaré le 2 janvier le quotidien Jepress, « les Russes et les Chinois n’ont rien » à offrir au régime, « et ils veulent acheter du pétrole à bas prix ». En échange, ils veulent déverser « leurs produits de pacotille » en Iran.

Selon le quotidien, Tejarat News, l’une des dispositions de l’accord avec la Chine est que le pays, en échange d’investissements en Iran et de bénéfices énormes, « achètera du pétrole avec une remise de 30 % et disposera de deux ans pour rembourser l’argent du pétrole iranien. Un autre point est que la Chine peut rembourser sa dette pétrolière avec le yuan chinois. Un autre avantage accordé à la Chine est que les deux tiers des achats de pétrole et de gaz se feront en espèces et un tiers sous forme de biens et services. La partie chinoise peut envoyer jusqu’à 5 000 forces de sécurité chinoises en Iran pour protéger son investissement.

La vente des ressources du pays à des pays comme la Chine et la Russie est le résultat de la mentalité de « regarder vers l’Est ». Dans ce contexte, même des privilèges de pêche dans le golfe Persique sont accordés à des entreprises chinoises, qui exploitent agressivement les ressources de la région.

L’Iran est l’un des pays les plus riches du monde en matière de minéraux et de ressources naturelles. La majorité des mines iraniennes sont encore ouvertes et sont de classe mondiale en termes d’abondance. Avec 68 types de minéraux, 37 milliards de tonnes de réserves prouvées et plus de 57 milliards de tonnes de réserves potentielles d’une valeur de 770 milliards de dollars, selon les estimations compilées en 2014, le pays était parmi les 15 plus grands pays riches en minéraux dans le monde. Maintenant, les mollahs au pouvoir vendent ces ressources à bas prix afin de préserver leur régime en décomposition.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous