EconomyÉconomieLes contrats pétroliers secrets du régime iranien ont un...

Les contrats pétroliers secrets du régime iranien ont un impact dévastateur sur la prochaine génération

-

Récemment, le ministère du pétrole du régime iranien a signé un accord pétrolier avec une partie inconnue, ce qui a suscité une grande controverse. Des rapports indiquent que le régime a signé un contrat de 20 ans sur le champ pétrolifère de South Pars le 15 mars 2022, avec des rumeurs suggérant que le contrat est avec une société nommée Avangard.

Le contrat a été signé par le régime dans le secret et aucun détail du contrat n’a été rendu public à l’époque. Même de nombreux experts du régime ont été surpris par les rapports sur l’accord et ont exprimé leur frustration et leur surprise.

Le 16 mars, le site Web public Tahririeh Studies Institute a écrit : « Hier, le contrat de la couche pétrolière de South Pars avec le modèle de contrat IPC a été signé entre la National Oil Company et une société anonyme, dont aucun détail n’a été fourni. L’histoire de ce contrat controversé est qu’une société anonyme appelée « Avangard » a entrepris le développement de ce champ dans le cadre d’un contrat de 20 ans. L’accord a été signé dans les derniers jours de l’année iranienne alors que personne n’y prêtait attention.

Les contrats pétroliers secrets du régime iranien ont un impact dévastateur sur la prochaine génération

Le site officiel du ministère du Pétrole du régime s’est abstenu de publier des détails sur la partie au contrat et la taille financière du contrat. Cette décision était très étrange pour le régime dirigé par la mafia, ses responsables affirmant que c’était la première fois qu’une telle chose se produisait dans l’industrie pétrolière.

L’important à propos de ce contrat, selon les médias du régime, c’est qu’au cours de l’année écoulée, de nombreux experts pétroliers et économiques ont mis en garde contre les conséquences dévastatrices de ce contrat pour l’économie du pays. Beaucoup d’entre eux ont averti qu’un tel contrat secret met aux enchères la richesse du pays.

Cela devient encore plus clair si l’on considère que le ministre du pétrole de l’époque, Bijan Zanganeh, a refusé d’accepter le contrat. La mafia économique du régime a donc demandé à Mohsen Khojasteh Mehr, l’actuel chef de la National Oil Company, de signer le contrat.

Comme l’ont dit certains médias d’État du régime, comme le site Web Tahririeh, « une recherche sur Internet avec le mot-clé Avangard montre simplement que la société, qui possède désormais le champ pétrolier de South Pars, vieux de 20 ans, n’a aucune présence extérieure ».

Par conséquent, il semble que tout le scepticisme à l’égard de la vente aux enchères de la richesse nationale du peuple soit vrai et bien fondé. Une autre raison est que le régime a choisi de signer ce contrat peu avant la fin des pourparlers sur le nucléaire. De nombreux responsables du régime avaient suggéré d’attendre le résultat des pourparlers sur le nucléaire avant de signer un contrat aussi important avec une société internationale.

Tous les faits découverts concernant ces contrats pétroliers montrent que le régime a mis aux enchères environ 900 millions de barils de pétrole du pays pendant au moins les 20 prochaines années.

Le site Web d’État Rooz-e No a révélé un autre fait étrange le 16 mars. Il a cité Saeed Sayos, l’un des experts pétroliers du régime, qui a parlé de la société Avangard, disant : « Avangard est une société de conseil pour le FPSU et a déjà a travaillé avec l’Iran, mais n’a pas encore exploité d’oléoducs, mais a participé à des coentreprises et à la navigation (transport maritime et industries maritimes).

Outre le champ pétrolifère de South Pars, la plupart des champs pétrolifères iraniens sont exploités avec l’aide de sociétés étrangères en raison des autres priorités du régime, comme ses projets de missiles et nucléaires, tout en investissant la plupart des ressources du pays dans ces champs.

Selon une analyse officielle, le volume des réserves du champ pétrolier de South Pars dépasse plus d’un milliard de barils. Les entreprises nationales iraniennes n’ont pas le capital, le pouvoir ou même la technologie pour extraire de ce champ. Ainsi, à ce jour, l’Iran n’a eu presque aucune extraction du champ pétrolifère de South Pars.

Cela risque de causer de grands dommages économiques aux générations futures alors que les réserves fossiles ne seront pas préservées pour elles. La réalité est que les champs communs sont comme un réservoir commun. Si un pays n’en extrait pas, le pays partenaire en extrait toutes les réserves, même la part de l’autre pays.

De nombreux experts du régime ont comparé les dommages de ce contrat avec le contrat pétrolier Farzad B entre le régime et l’Inde. Comme ce dernier contrat, cet accord a été signé dans le secret. Ce projet a donné à l’Inde le droit d’exploiter et d’extraire le gaz naturel du champ de Farzad B pendant 30 ans. De plus, l’Inde avait le droit de partager les bénéfices de la vente du gaz.

Bien que les détails du plan n’aient pas été officiellement publiés, il est apparu que l’Inde avait l’intention de profiter des sanctions du régime, qui sont le résultat des projets nucléaires et de missiles du régime, de son épouvantable dossier des droits de l’homme et de son ingérence au Moyen-Orient. La même chose semble se produire également à South Pars.

A cette époque, Bijan Zaganeh a déclaré : «L’offre faite par l’Inde n’apporte aucun profit à l’Iran pendant 30 ans et quoi qu’il en soit produit, l’Inde le prendra comme salaires et dépenses d’exploitation.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous