EconomyÉconomieEbrahim Raïssi et un disque plein de zéros

Ebrahim Raïssi et un disque plein de zéros

-

Avant qu’Ebrahim Raïssi ne prenne ses fonctions de président, il a fait de nombreuses promesses et « prédit » des progrès dans la gestion de la situation économique misérable de l’Iran, garantissant au peuple iranien que ses conditions de vie s’amélioreraient. Il essayait également d’assurer les partisans du régime que sa présence sauverait le régime d’un effondrement.

Malgré ses efforts, de nombreuses personnes ont refusé de croire aux promesses creuses et le pays a connu l’élection la plus largement boycottée de son histoire.

Répondant à l’un des mensonges de Raïssi, le quotidien public Donya-e Eghtesad a écrit : « L’affirmation de la création d’un million d’emplois par le chef du pouvoir judiciaire de la République islamique et le candidat à l’élection présidentielle de 2021 a provoqué de nombreuses réactions. Seyyed Ebrahim Raisi a estimé qu’une inflation à un chiffre était possible et a affirmé que «70% de la capacité économique du pays est inactive». En activant ces capacités, nous pouvons créer un million d’emplois par an ».

La question demeure de savoir comment le régime réécrirait et améliorerait l’économie, qui est victime de la corruption, du pillage et du vol massifs du régime ?

Suite à la mise en œuvre du nouveau plan du gouvernement visant à supprimer la monnaie préférée des produits de base, l’un des soi-disant réformistes du régime a admis : « La situation économique n’est pas bonne. Même aujourd’hui, nous devons admettre que nous sommes en état de guerre, et nous n’avons d’autre choix que de rationner les marchandises. Si cela ne se produisait pas, il y aurait alors famine, suivie de mécontentement public et même d’émeutes, auquel cas le système serait également menacé.

Ebrahim Raïssi et un disque plein de zéros

Ces avertissements ne concernent plus seulement ce qui pourrait se produire. Chaque jour, le peuple iranien descend dans la rue pour protester contre le régime, la plupart de ses slogans visant les dirigeants du régime.

Cette situation est devenue si intense qu’elle a créé une société où les gens se préparent de plus en plus à une nouvelle révolution. Ce n’est pas seulement une analyse politique ; les statistiques économiques du régime confirment également ce fait. Lors de sa campagne électorale, Raïssi avait promis qu’il réduirait le taux de change de chaque dollar à 15 000 rials. En un geste rapide, il réduirait l’inflation de 50%, abaissant les chiffres à un seul chiffre.

Il a affirmé que personne dans son gouvernement ne parlerait de l’impression d’argent et que les paniers alimentaires du peuple ne seraient pas serrés avec les sanctions. Il a également affirmé que la création d’un million d’emplois par an serait aussi simple qu’un gâteau, tout comme la création de quatre millions d’unités de logement. Des prêts matrimoniaux et de grosses sommes d’argent pour mettre en place des usines en faillite seraient également facilement accordés.

Cependant, moins d’un an après son entrée en fonction, aucune de ces promesses n’a été tenue. Les manifestations dans tout le pays représentent une réprimande accablante. Bien que cela ait été répété à plusieurs reprises, il convient de noter que le revenu moyen du peuple iranien est non seulement bien inférieur au salaire minimum de pays tels que les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Turquie, mais il est également inférieur au salaire minimum de petits pays comme l’Azerbaïdjan et Oman.

Le quotidien d’État Shargh a écrit : « Les rapports du ministère du Travail montrent qu’environ 60 % des Iraniens n’ont pas de revenus suffisants ni d’emplois convenables. Environ 14 200 millions d’Iraniens ont des emplois à faible revenu et sont sans assurance.

Il a en outre expliqué : « Environ un cinquième des Iraniens sont des chauffeurs de taxi ! (3,4 millions de chauffeurs SNAP et 1,4 million de chauffeurs Tepsi, environ 300 000 chauffeurs de taxi et chauffeurs de taxi privés). Environ 35 à 40 % des Iraniens sont des locataires et environ 20 millions sont des habitants de bidonvilles et des sans-abris. Environ 25 %, soit un quart de la population, sont des habitants de bidonvilles et des sans-abris.

Alors que le régime affirmait et annonçait qu’avec l’aide de subventions, la vie du peuple iranien s’améliorerait, la réalité de la situation montre qu’il continue de piller le peuple de ses revenus dont il a tant besoin.

Le quotidien officiel Arman a écrit : « Le volume des subventions en espèces jusqu’à ce que la carte électronique soit fournie a causé des problèmes au gouvernement, certaines banques accusant le gouvernement de retirer des fonds aux banques pour fournir des subventions en espèces. À cet égard, Vahid Shaghaghi Shahri, un économiste, a déclaré que « les gouvernements prennent l’argent des banques depuis de nombreuses années« .

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous