EconomyÉconomieIran : Les enfants travailleurs exposés à des lésions...

Iran : Les enfants travailleurs exposés à des lésions irréparables tout au long de leur vie

-

Lancée en 2002, la Journée mondiale contre le travail des enfants est célébrée le 12 juin. L’article 32 de la Déclaration universelle des droits de l’enfant stipule que les enfants doivent être protégés contre tout travail qui menace leur croissance et leur santé, et que les gouvernements doivent préciser l’âge minimum et les conditions de travail des enfants. La journée d’observation a été créée afin de sensibiliser et d’inciter à l’activisme pour empêcher que les enfants du monde entier ne soient contraints de travailler.

La question est de savoir quelle est la situation du travail des enfants parmi les enfants des rues en Iran ?

À plusieurs reprises, les responsables du régime iranien dans les départements d’aide sociale des provinces et les directeurs des départements municipaux des différentes villes ont identifié des milliers d’enfants travaillant dans le pays.

Cependant, en raison de la négligence des organisations responsables et de l’existence d’une mafia contrôlée par l’État qui abuse des enfants, les autorités compétentes ne fournissent pas de statistiques précises sur le nombre d’enfants qui travaillent et d’enfants des rues. Souvent, dans différents commentaires de certains responsables du régime, le nombre d’enfants travailleurs est estimé à plusieurs millions.

Le problème du travail des enfants est comme un iceberg, c’est-à-dire que nous ne pouvons voir que ce qui est visible – les enfants qui travaillent dans la rue – mais une grande majorité des enfants travaillent à l’abri des regards dans des ateliers et autres lieux.

Dans un commentaire précédent, le directeur général de la protection sociale de la province de Téhéran a déclaré que dans le seul métro de Téhéran, plus de 2000 enfants travaillent. Selon des statistiques non officielles, plus de 20 000 enfants travaillent dans les rues de Téhéran, et plus de 4 000 d’entre eux travaillent comme éboueurs.

L’un des facteurs considérés comme expliquant le nombre élevé d’enfants travailleurs en Iran est le nombre important de parents au chômage ou aux prises avec des crises sociales. Par conséquent, ils sont contraints d’envoyer leurs enfants dans la rue pour trouver du travail. Selon les dernières estimations des mollahs, plus de sept millions d’enfants sont contraints de travailler de cette manière.

75 % des enfants qui travaillent sont âgés de 10 à 14 ans, l’âge moyen étant de 13 ans. Environ 5 % des enfants ont moins de 7 ans, tandis que la composition par sexe des enfants travailleurs montre qu’environ 15 % de ces enfants sont des filles et 85 % des garçons.

Selon les experts du régime, environ 30 % de ces enfants ne savent pas s’ils ont eu un certificat de naissance. Cinquante pour cent de ces enfants ont commencé à travailler entre 7 et 10 ans, et 20 % ont commencé à travailler avant l’âge de sept ans.

Parmi les enfants iraniens contraints au travail, 35 % sont en bonne santé, les 65 % restants étant en mauvaise condition. 40 % de ces enfants sont complètement analphabètes, 75 % des autres ont au moins une éducation de sixième année, et seulement 3 % ont eu une éducation secondaire.

Iran : Les enfants travailleurs exposés à des lésions irréparables tout au long de leur vie

Quatre-vingt pourcent des garçons et 60 % des filles travaillent dans les secteurs public et semi-public, le reste des garçons travaillant dans des magasins, des ateliers de mécanique et de réparation, des marchés, des entrepôts, l’agriculture et des usines de recyclage. Le reste des filles travaille dans des maisons, des ateliers, des magasins, des terres agricoles et des serres. Le nombre de filles travaillant dans l’atelier de recyclage des déchets est également beaucoup plus élevé que celui des garçons, ce qui les rend plus vulnérables.

La culture médiévale du régime encourageant fortement les filles à travailler dans la prostitution, nous constatons aujourd’hui que l’âge moyen de ces filles est inférieur à 15 ans. Ces jeunes filles sont régulièrement victimes d’abus sexuels et d’exploitation.

Les résultats des récentes enquêtes sociales du régime ont montré que parmi les enfants qui travaillent dans la rue, 33,8 % travaillent entre une et quatre heures, 52,1 % travaillent entre quatre et huit heures et 13 % d’entre eux passent plus de huit heures dans la rue.

Des enquêtes ont également montré qu’environ 73 % des enfants des rues ont un passé de violence, qu’il s’agisse d’actes physiques ou non physiques tels que l’humiliation, les brimades, etc.

De nos jours, ce ne sont pas seulement l’analphabétisme, l’abandon scolaire ou la malnutrition qui touchent ces enfants. Le VIH, la toxicomanie, la dépression, l’automutilation, le suicide, le harcèlement sexuel, la violence incontrôlée, etc. font leur apparition dans la population des enfants travailleurs.

Un point important, qui est moins lié aux problèmes physiques et aux capacités physiques à travailler avec les enfants qu’à leurs problèmes psychologiques et sociaux, est que ces enfants n’ont pas du tout d’enfance, ce qui peut avoir des conséquences très profondes tout au long de leur vie.

Ces enfants ne peuvent pas jouer et interagir avec leurs camarades et ne sont pas exposés aux joies et aux excitations de l’enfance. Au contraire, ils sont exposés à des stress et à des pressions sur le lieu de travail qui ne sont pas appropriés pour leur âge, et leur cerveau, leur âme et leur psychisme ne sont pas prêts à y faire face. Cela les rend malheureusement plus enclins à de nombreux troubles psychologiques et sociaux qui les accompagneront tout au long de leur vie d’adulte.

En Iran, les enfants sont victimes des politiques destructrices des mollahs. De nombreuses familles ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école, tout simplement parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter les fournitures nécessaires. Ces politiques destructrices se résument à la corruption institutionnalisée, au gaspillage des richesses nationales dans les programmes nucléaires et de missiles, au terrorisme et à l’oppression, qui ont entraîné la chute libre de l’économie du pays.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous