EconomyÉconomieBraquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée...

Braquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée de Téhéran

-

— « Des braqueurs professionnels ont volé plus de 160 coffres-forts » dans une succursale de la Banque Melli, selon les autorités.

— La télévision publique dit que le vol a eu lieu un jour férié alors que les vacances se terminaient le dimanche 5 juin, à moins qu’il ne se soit produit auparavant et que le régime l’ait dissimulé.

— La banque est située dans l’une des zones les plus fréquentées et les plus sécurisées — en face de l’université de Téhéran, à 500 m du palais présidentiel, dans la rue menant au bureau du Guide suprême des mollahs et au centre judiciaire, et à 100 m des forces de sécurité de l’État ( SSF).

— Il y a trop de centres des services de renseignement et de sécurité banalisées avant d’atteindre les bureaux de Khamenei et de Raïssi.

Lundi soir, 6 juin, un groupe de voleurs a volé plus de 160 coffres-forts de la Bank Melli – la succursale de l’Université de Téhéran. La télévision et la radio publiques iraniennes (IRIB) ont présenté le vol comme un scénario de film hollywoodien ; cependant, les observateurs pensent que la réalité est complètement différente en raison des preuves trouvées.

Le vol a gravement inquiété de nombreuses personnes. Mercredi, un groupe de citoyens, qui avaient perdu le contenu de leurs coffres-forts lors du vol, a envahi la rue et s’est rassemblé devant la banque. En réponse, les FSE ont tiré des coups de feu en l’air pour disperser les manifestants indignés, plutôt que de répondre à leurs inquiétudes. Les manifestants rassemblés ont scandé «Honte, honte», exprimant leur colère face aux atrocités du régime.

Braquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée de Téhéran
L’explications bizarres des autorités
Les autorités iraniennes ont affirmé que le vol avait eu lieu pendant les congés, bien que les congés se soient terminés un jour plus tôt le 5 juin. C’est à moins que le régime n’ait dissimulé le vol et l’ait déclaré tardivement, ce qui a accru les doutes. Quatre jours après le vol, la SSF a proclamé que ses « détectives qualifiés » avaient réussi à arrêter les voleurs

Le 11 juin, le chef des FSS à Téhéran, Hossein Rahimi, a déclaré : « Nos forces ne se sont pas reposées pendant une semaine ». Les remarques de Rahimi ont ensuite soulevé une vague de critiques et de commentaires sarcastiques. Les internautes se sont moqués du chef des FSS de Téhéran en disant : « Comment ses forces ont-elles pu ne pas se reposer pendant une semaine alors que le vol a eu lieu il y a à peine cinq jours. La SSF en sait-elle plus sur l’événement mais le cache-t-elle ? »

Plusieurs personnes se sont adressées à des responsables en fuite, tels que Mahmoud Reza Khavari, l’ancien président de la Bank Melli et de la Bank Sepah, qui est affilié au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), en déclarant : « Beau travail, mais pourquoi les FSS n’ont-elles pas trouver les voleurs de plates-formes pétrolières », faisant référence au pillage et au détournement de fonds par des fonctionnaires soutenus par l’État dans les installations pétrolières. » Khavari a notamment fui le pays vers le Canada avec une affaire de détournement de fonds de 2,6 millions de dollars en 2011.

Notant l’utilisation par Rahimi du terme « les vacances« , il semble qu’il ait explicitement admis que le vol ne s’est pas produit en une seule journée, mais a plutôt duré plusieurs jours. En raison des mesures de sécurité intensives dans cette zone, c’est une débâcle pour la SSF si Rahimi a dit la vérité.

La banque ciblée est située rue Enghelab [Révolution], en face de la célèbre université de Téhéran, dans l’un des quartiers les plus peuplés de la capitale. La banque est également à seulement 500 mètres du palais présidentiel, avec le bureau du guide suprême Ali Khamenei et le centre judiciaire situés un peu plus loin. Dans la région, de nombreuses bases de sécurité secrètes étouffent dans l’œuf les manifestations potentielles avant d’atteindre les bureaux de Khamenei et du président Ebrahim Raïssi.

Bank Melli – succursale de l’Université de Téhéran – située dans une zone de sécurité, à proximité de bureaux gouvernementaux sibles

L’événement a fortement choqué les médias d’État. Le quotidien Shargh a cité le tweet du correspondant d’Iran Daily au cabinet Morteza Golpoor le 8 juin, qui déclarait : « [Les braqueurs] ont vidé 1 000 coffres-forts dans l’une des rues les plus sécurisées de Téhéran alors qu’il y a un poste de police à 200 mètres plus loin, et les bureaux du président et la justice sont situées à 500 mètres plus loin. »

Selon la police, les voleurs ont utilisé un équipement professionnel et lourd pour ouvrir les coffres-forts. Ils avaient principalement perturbé les caméras de sécurité et récupéré et emporté tous les serveurs avec eux après le vol. Les autorités évitent de fournir les faits réels de l’affaire, ce qui alimente davantage les soupçons du public.

Le site Internet Asr Iran a cité le « réformiste » Abbas Abdi le 8 juin, déclarant : « Le vol de Bank Melli n’a pas été commis par des voleurs ordinaires… Il a ciblé la sécurité plutôt que de voler de l’argent et de l’or. Considérez cela comme un acte de terreur, pas comme un vol. »

« Des fonctionnaires ont conçu et pillé des coffres-forts », disent les citoyens.

Les autorités ont également refusé de déclarer le nombre réel de coffres-forts pillés. Principalement, les médias d’État iraniens ont rapporté que les voleurs avaient volé plus de 160 boîtes, tandis que plusieurs experts ont affirmé que le nombre de boîtes pillées était d’environ 170. Cependant, Khabar Online mentionnait environ 250 à 400 coffres-forts.

De nombreux citoyens pensent que le vol était un stratagème gouvernemental. Ils soulignent la récente loi ajoutée au Code pénal de la République islamique, qui dit : « Le transport et le stockage de plus de 10 000 € est un exemple de contrebande de devises« . La loi est entrée en vigueur le 30 avril, et les contrevenants seront punis de 15 à 20 ans de prison, et la peine de mort dans certains cas.

Dans son interview, Rahimi a déclaré que la SSF avait remis les biens volés à la Banque centrale d’Iran (CBI), et que les personnes dont les économies ont été pillées peuvent s’adresser à la CBI pour récupérer leurs biens. Notamment, la Banque Melli avait déjà refusé une indemnisation pour les biens perdus, affirmant qu’elle ne savait pas ce que les gens avaient contenu dans leurs coffres-forts !

Des observateurs ont déclaré : « Dans de telles circonstances, quelqu’un oserait-il prétendre qu’il a perdu plus de 10 000 €, ce qui équivaut à la réclusion à perpétuité ou à la peine de mort ? En effet, le régime a appliqué ce scénario pour piller « légalement » les biens des gens ».

C’est une autre vision des 43 années de corruption et de pillages des mollahs sous la bannière des décrets religieux. Un tel pillage, bien sûr, creuse le fossé entre la société et l’État, rétrécit la base sociale du régime et alimente l’indignation et la haine du public contre l’ensemble du système au pouvoir, qui s’appuie sur le vol, le détournement de fonds et les crimes pour assurer sa survie.

Lors d’une conférence en février 2018, le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a décrit : « La corruption ressemble à un dragon à sept têtes. Chaque fois que vous coupez une tête; il vient toujours à vous avec une autre tête. Aujourd’hui, le peuple iranien a compris que le guide suprême et son bureau, qui contrôlent une entreprise d’une valeur de 200 milliards de dollars, sont le cœur de ce dragon. « Le peuple mendie, [Khamenei] vit comme Dieu« , scandent aujourd’hui des citoyens de tous horizons, exprimant leur colère contre l’ensemble du régime.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous