EconomyÉconomieIran : le régime confond les organismes internationaux avec...

Iran : le régime confond les organismes internationaux avec des statistiques fallacieuses

-

Le 19 juillet, les médias d’État iraniens ont lancé une nouvelle propagande, affirmant que l’Iran est l’un des États les plus riches du monde. Le quotidien Jahan-e Sanat a rapporté que « des enquêtes statistiques récentes montrent que l’économie iranienne a été classée comme la 14e grande économie mondiale ».

Ils ont ajouté : « Selon les études du Fonds monétaire international, la valeur du produit intérieur brut de l’Iran a atteint 7,1 milliards de dollars en 2022. L’économie iranienne de 7,1 milliards de dollars est encore loin des indicateurs de développement et de bien-être ; cependant, il a placé au-dessus des pays comme le Mexique, la Turquie, l’Espagne, la Suède et l’Arabie saoudite.

Ce rapport significatif a attiré spontanément le public. En particulier, les économistes et politiciens qui suivent de près l’actualité financière de Téhéran, y compris l’inflation galopante, la pauvreté sans précédent, les dettes stellaires du gouvernement envers le système bancaire, la corruption systématique et les déficits budgétaires massifs.

Cependant, ces rapports ne disent pas toute la vérité sur la situation actuelle en Iran. En réalité, les citoyens de tout le pays doivent fouiller dans les poubelles pour joindre les deux bouts, les paniers alimentaires des familles ont diminué et de nombreux jeunes sont obligés de vendre leurs organes pour payer les dépenses de leurs proches ou sont poussés à se suicider.

Ce que le peuple iranien vit au quotidien est complètement différent des résultats de soi-disant « études ». Cela soulève la question, quelle est la source de ces rapports trompeurs ? Cette distinction entre la réalité et les histoires des organismes internationaux est enracinée dans le mystérieux système bancaire de Téhéran.

Le gouvernement a officiellement déclaré que l’USD se négocie à 42 000 rials. En réalité, n’importe quel dollar s’échange contre 300 000 rials dans le bazar, ce qui montre une forte dépréciation de la valeur de la monnaie nationale iranienne.

À cet égard, les mollahs ont complètement induit en erreur les organismes internationaux, y compris le FMI, dans la comptabilisation de la valeur du PIB. En d’autres termes, le PIB réel de l’Iran devrait être calculé sur la base de l’évaluation du rial fournie par des experts, tels que le professeur Steve Hanke, qui propose une #CurrencyWatchList hebdomadaire.

Iran : le régime confond les organismes internationaux avec des statistiques fallacieusesLe gouvernement iranien a régulièrement refusé de rejoindre le Groupe d’action financière afin de cacher ses statistiques corrompues et frauduleuses. En raison des institutions non transparentes et exonérées d’impôts des mollahs et des Gardiens de la révolution (CGRI), il est impossible d’obtenir une estimation réelle de l’économie iranienne.

Outre ces faits, les médias d’État ont révélé le déficit budgétaire massif de Raisi. Le 18 août, le quotidien Abrar a écrit : « Le gouvernement Raisi a connu un déficit budgétaire de 200 000 milliards de rials de mars à juin 2022. » Notamment, ce déficit ne représente que quatre mois, et non toute l’année, ce qui indique que le déficit du gouvernement Raisi est bien supérieur à ce montant.

En un mot, les mollahs ont essayé de pêcher en eau boueuse, inspirant leurs forces déçues d’un « avenir radieux ». Ils ne peuvent plus désamorcer la situation volcanique de la société et les protestations socio-économiques en cours.

Alors que le gouvernement est confronté à des dilemmes financiers et est empêtré dans la haine publique, les mollahs continuent de financer des groupes extrémistes et des conflits par procuration au Moyen-Orient aux dépens des citoyens iraniens, alors qu’ils plongent la société dans davantage de pauvreté et de misère.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous