EconomyÉconomieLes experts du régime iranien mettent en garde contre...

Les experts du régime iranien mettent en garde contre la poursuite des manifestations

-

Après 43 ans de dictature religieuse, la situation économique de l’Iran nous montre une image claire de ce que le régime a fait au pays et à son peuple. Un simple coup d’œil au prix des dollars, des pièces d’or et de la flambée des prix des denrées alimentaires fait prendre conscience que la plupart des Iraniens sont désormais contraints de vivre dans une pauvreté extrême.

Selon le quotidien public Setareh-e Sobh, « Le prix de l’or au cours de la deuxième semaine de décembre a atteint un nouveau record. Ainsi, le prix d’une pièce Bahar-e Azadi de huit grammes a atteint 180 400 000 rials (462,27 $), une pièce de quatre grammes est passée de 80 millions de rials à 120 millions de rials (301,48 $) et une pièce de deux grammes est passée de 60 millions de rials à 80 millions de rials (200,99 $). En outre, le prix du dollar sur le marché libre a atteint 380 000 rials.

Le ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce du régime a récemment publié les dernières statistiques sur l’évolution des prix, selon lesquelles les prix d’environ 29 produits, dont le pétrole et le riz, ont augmenté de plus de 100 %.

Le prix de 28 autres biens a augmenté de 50 à 100 % et 30 biens ont augmenté d’environ 50 %. Les détails des statistiques publiées indiquent que le pétrole liquide a connu une augmentation choquante de 377 % du prix, tandis que le riz a augmenté de 207 % par rapport à l’année dernière.

Le rapport d’octobre du Centre des statistiques du régime a montré que le prix du riz et des pâtes iraniens de première classe a augmenté de 138 %, et que le prix du lait et du fromage a augmenté de près de 90 % par rapport à l’année dernière.

Nous devrions ajouter ces problèmes économiques aux prix de location effrénés à travers le pays, ainsi qu’au prix des fruits, des vêtements et des fournitures scolaires. Au cours des quatre dernières décennies, le régime n’a rien obtenu et n’a rien fait pour le peuple autre que de causer des destructions à grande échelle.

Les experts du régime iranien mettent en garde contre la poursuite des manifestationsComme l’a déclaré l’un des experts du régime, Hamidreza Jalalipour, « La révolution de 1979 et la République islamique qui en est issue sont confrontées à une ‘crise de réussite’. Les institutions dirigeantes des quarante dernières années n’ont pas encore été en mesure d’atteindre les objectifs de la révolution de 1979. »

Mohammad Ali Vakili, éditorialiste du quotidien Ebtekar, a mis en garde le chef du régime contre les conséquences des conditions économiques critiques et a déclaré : « Gouverner dans cette société instable et chaotique est très difficile. Je pense que le gouvernement a affaire à une telle société. Peut-être que l’une des raisons de la formation d’une telle société protestataire est la crise des réalisations.

Il a ajouté : « Si les conditions économiques ne changent pas, il y a suffisamment d’excuses pour des manifestations généralisées« . Par conséquent, la société protestataire ne devrait pas être amenée au sommet de l’explosion.

Le président du régime, Ebrahim Raisi, a une nouvelle fois répété l’une de ses promesses creuses au peuple iranien dans l’une des régions les plus défavorisées du pays (le Khorasan du Sud).

Tout en admettant à Ibn que « le secteur public n’a pas eu d’expérience réussie dans le secteur économique au cours des 43 dernières années« , concernant la promesse de construire un million de logements, il a déclaré : « Le terrain est disponible et les matériaux de construction sont en cours de préparation. Dans cette province, dans les parties où il est possible de céder (des terrains), des terrains doivent être proposés aux demandeurs sous forme de villas.

En réponse, Pedram Soltani, économiste et ancien vice-président de la Chambre de commerce du régime, s’est moqué de Raisi en déclarant : « La terre et les matériaux ?! Voyez le niveau d’analyse du président ! Il ne sait pas que le principal problème est le manque de ressources financières et le financement d’un tel niveau de construction ne correspond pas aux finances du gouvernement, ni à la capacité du système bancaire et du marché des capitaux. »

La raison d’une situation aussi catastrophique est simple et ne mérite pas beaucoup d’analyse. Comme l’explique Hossein Raghfar, l’un des experts du régime, il a déclaré : «Ils ont formé une économie kleptocratique qui distribue des crédits bancaires à des amis et des camarades. Pour compenser les ressources pillées des banques, ils ont augmenté les taux de change et de pièces.

Il a ajouté : « Facilement dit, 76 tonnes ou selon d’autres sources, 62 tonnes d’or du pays ont été fondues et données aux banques afin qu’elles puissent compenser. Ensate pour les vols en vendant les pièces à un prix plus élevé. Depuis 20 ans, nous sommes confrontés au désastre de la fuite des capitaux du pays, et cela augmente massivement chaque année. »

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous