EconomyÉconomieL'Iran abandonne un deuxième projet de LNG

L’Iran abandonne un deuxième projet de LNG

-

AFP: L’Iran a annoncé lundi l’abandon d’un deuxième projet de production de gaz naturel liquéfié (LNG), initialement lancé par le pétrolier français Total, deux jours après avoir renoncé à reprendre celui mené par l’anglo-néerlandais Shell.

« Le gaz produit dans les phases 11, 13 et 14 (du champ gazier offshore géant de South Pars, dans le Golfe) sera utilisé pour être injecté dans les champs pétroliers ou dans le réseau national de gazoducs », a déclaré le vice-ministre du pétrole chargé de la planification, Mohsen Khodjasteh Mehr, cité par l’agence Shana dépendant du ministère du pétrole.

La phase 11 de South Pars, attribuée initialement à Total, incluait un des trois principaux projets de LNG de l’Iran, baptisé Pars LNG.

Le directeur général de la Compagnie nationale du pétrole iranienne (NIOC) Ahmad Ghalebani avait déjà annoncé samedi l’abandon du projet de LNG lié aux phases 13 et 14 de South Pars.

Ce projet, Persian LNG, était mené par Shell jusqu’à ce que ce groupe décide, comme Total, de geler ses investissements en Iran en prévision d’un renforcement des sanctions occidentales contre Téhéran.

Les nouvelles sanctions prises en juillet par le Etats-Unis et l’Union européenne, dans la foulée d’une nouvelle condamnation de la politique nucléaire de l’Iran par le conseil de sécurité de l’ONU, interdisent notamment tout investissement ou coopération dans le secteur énergétique iranien.

Les projets signés avec Shell et Total, au point mort depuis plusieurs mois, ont été réattribués récemment à des société iraniennes.

M. Ghalebani avait expliqué samedi que l’Iran avait décidé de « revoir ses projets » de LNG, jugés trop coûteux et technologiquement complexes dans le contexte actuel. « Le ministère se concentre désormais sur les exportations de gaz par gazoduc », avait-il ajouté.

L’Iran, qui possède les deuxièmes réserves de gaz mondiales, consomme actuellement l’essentiel de sa production de près de 600 millions de M3/jour.

Téhéran espère toutefois doubler sa production d’ici cinq ans grâce à son gisement de South Pars, et devenir ainsi un exportateur important de gaz.

Un troisième projet de LNG, Iran LNG, mené par la Compagnie nationale de gaz iranienne (NIGC) avec une technologie allemande, est plus avancé, Téhéran y ayant déjà investi plus d’un milliard de dollars.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous