IranIran (actualité)Iran: les relations s'enveniment entre Ahmadinejad et certains conservateurs

Iran: les relations s’enveniment entre Ahmadinejad et certains conservateurs

-

AFP: Les relations s’enveniment entre le président Mahmoud Ahmadinejad et une partie du camp conservateur au pouvoir, qui multiplie depuis quelques semaines les critiques directes et parfois virulentes contre le président, sa politique ou son entourage.

Ces tensions ont été illustrées lundi par une polémique avec le chef de l’autorité judiciaire l’ayatollah Sadeq Larijani, qui a reproché publiquement à M. Ahmadinejad des critiques « injustifiables » sur le fonctionnement de la justice à propos de la récente condamnation d’un de ses proches accusé d’avoir mis en cause des responsables conservateurs.

Les critiques ont commencé à l’automne dernier, alors que le mouvement de contestation contre la réélection de M. Ahmadinejad commençait à s’essouffler.

Le parlement, pourtant dominé par les conservateurs du même bord que le président, a refusé de laisser au gouvernement les mains libres pour supprimer et réallouer les subventions qui coûtent chaque année 100 milliards de dollars aux caisses de l’Etat. Le président du parlement Ali Larijani –frère du chef du pouvoir judiciaire– a mis en garde contre les conséquences négatives du projet gouvernemental, notamment sur l’inflation et le chômage.

Le bras de fer s’est ensuite poursuivi avec plusieurs refus du gouvernement d’appliquer des lois votées par le Majlis, au prix à chaque fois d’une polémique par médias interposés.

Ancien concurrent de M. Ahmadinejad lors de la présidentielle de 2005 et issu d’une influente famille de religieux, Ali Larijani a récemment durci ses critiques. « Si nous voulons résister face aux ennemis, nous devons améliorer la situation économique. L’Iran est un pays pétrolier et gazier mais la prospérité n’est pas de distribuer de l’argent aux gens », a-t-il déclaré début juillet.

Au delà de sa politique économique et sociale, M. Ahmadinejad a été attaqué ces dernières semaines par les conservateurs, y compris plusieurs religieux influents, pour des déclarations jugées trop libérales sur le port du voile islamique par les femmes ou encore le port de la cravate par les hommes.

« Je demande à M. Ahmadinejad de ne pas aborder des questions religieuses problématiques car cela affaiblit le gouvernement », a déclaré début août l’ayatollah conservateur Ahmad Khatami lors de la prière du vendredi.

Le président a également été récemment pris à parti pour des prises de position de plusieurs de ses proches.

Il a ainsi été sommé la semaine dernière de s’expliquer sur des déclarations de son chef de cabinet Esfandiar Rahim Machaie sur la religion. M. Machaie, qui avait dû renoncer l’été dernier au poste de vice-président après avoir affirmé que l’Iran était « l’ami du peuple israélien », a à nouveau déclenché les foudres des conservateurs pour avoir prôné publiquement l’idée d’une « école iranienne » de l’islam destinée à faire pièce aux interprétations de cette religion ne correspondant pas à la politique de Téhéran.

Ces propos, qualifiés de « païens » par l’ayatollah Ahmad Khatami, ont également été fustigés par plusieurs responsables politiques.

Lundi, c’est pour avoir défendu publiquement un membre de son cabinet présidentiel, Mohammad Javad Behdad, que M. Ahmadinejad a subi les critiques de chef de la justice iranienne.

M. Behdad a été condamné debout août à sept mois de prison avec sursis pour « publication de fausses informations » et « insulte » alors qu’il était à la tête de l’agence officielle Irna fin 2009.

Dans ce climat de tension, le quotidien conservateur Ressalat a récemment affirmé que M. Ahmadinejad et ses partisans voulaient créer un « mouvement conservateur sans la présence du clergé », présentant cela comme une déviation dangereuse.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous