EconomyÉconomieSanctions Corée du Sud envers l'Iran: banque iranienne suspendue...

Sanctions Corée du Sud envers l’Iran: banque iranienne suspendue (régulateur)

-

AFP : La Corée du Sud va suspendre les activités de la succursale sud-coréenne d’une banque iranienne, la Bank Mellat, dans le cadre des sanctions internationales prises à l’encontre de l’Iran, accusé de cacher un programme nucléaire, a indiqué le régulateur jeudi.

Les activités de la succursale située à Séoul seront suspendues à partir du 11 octobre pour avoir violé la législation sur les transactions en devises étrangères, a indiqué la Commission des services financiers.

« Ses opérations à Séoul seront quasiment paralysées car la plupart de ses activités ont trait à des transactions en devises étrangères », a expliqué à l’AFP un responsable de la Commission.

La succursale sud-coréenne de la Bank Mellat, l’un des principaux établissements en Iran, est la seule entité de cette banque en dehors du Moyen-Orient et de l’Europe.

La suspension de ses activités pourrait affecter quelque 2.000 sociétés sud-coréennes qui commercent avec l’Iran.

Cette suspension avait été évoquée par Séoul début septembre. La Corée du Sud avait alors annoncé toute une série de sanctions contre l’Iran, dans le sillage d’une résolution de l’ONU renforçant les sanctions internationales.

Le pays a ainsi décidé d’interdire les activités de 102 entités iraniennes, dont 14 autres banques et 24 individus, et de renforcer les inspections de cargos ayant un lien avec l’Iran.

La Corée du Sud va aussi réduire ses nouveaux investissements dans l’industrie pétrolière et gazière iranienne, mais les importations pétrolières sont encore autorisées.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté le 9 juin une nouvelle résolution renforçant les sanctions internationales contre l’Iran. Cette résolution, la sixième condamnant l’Iran depuis 2006, a été suivie de nouvelles sanctions unilatérales décidées séparément par les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Australie, le Canada, le Japon et la Corée du Sud.

Ces sanctions visent en particulier le secteur énergétique de l’Iran, deuxième producteur de l’Opep, qui tire du pétrole 80% de ses ressources en devises. Elles interdisent notamment tout investissement dans l’industrie pétrolière, gazière ou pétrochimique. Elle visent également les banques, les échanges financiers, les assurances et les sociétés maritimes iraniennes.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous