Intelligence ReportsInfos exclusivesL’ambassadeur d’Iran en France perd son sang-froid et reçoit...

L’ambassadeur d’Iran en France perd son sang-froid et reçoit une correction

-

ImageIran Focus : L’ambassadeur d’Iran à Paris s’est attaqué, dimanche 31 janvier, à des manifestants qui s’était réuni à Neauphle-le-Château, où devait être célébrer l’anniversaire du retour du dictateur iranien Rouhollah Khomeiny en 1979 en Iran. Selon l’édition persane de Radio France Internationale (RFI), «aujourd’hui, l’ambassadeur de la République islamique s’est attaqué à une manifestation des opposants du régime islamique d’Iran à Neauphle-le-Château, dans la banlieue parisienne, entrainant une altercation avec les forces de l’ordre qui lui ont affligé une raclée ».

Selon le témoignage d’un des participants diffusé par RFI en langue persane, les diplomates de l’ambassade et l’ambassadeur Miraboutalebi en tête, sont arrivé en autobus devant l’ancienne résidence de Khomeiny, pour y être reçu aux cris de « mort au dictateur », «libérez les prisonnier politiques en Iran ». Sérieusement déstabilisé, les agents du régime ont commencé à proférer des injures et lancer des pierres vers les manifestants. « Lorsque Monsieur l’ambassadeur est descendu de l’autobus et se dirigeait vers la résidence, apparemment remonté par les slogans que nous donnions, il s’est soudain dirigé vers nous pour nous attaquer. La police l’en a empêché. La police ne savait pas que c’était l’ambassadeur et l’a immobilisé.  Ce dernier a alors donné un coup au policier, ce qui a entrainé une réaction musclé des agents de l’ordre. »

La brutalité des diplomates iraniens en France a connu des épisodes plus sombres. Elle s’est notamment illustré au mois de décembre dernier à une résidence de l’ambassade à Neuilly lorsque des citoyens iraniens ont été séquestrés et tabassés par les agents de la mission diplomatique du régime.

Le Mercredi soir 23 décembre 2009, lors d’une cérémonie dans un bâtiment annexe de l’ambassade iranien à Neuilly-sur-Seine, à l’occasion du mois de deuil chiite de Moharram,  onze participants porteurs des photos de l’ayatollah Montazeri au troisième jour de son décès, ont été agressés selon les témoignages rapportés par les médias.

L’ambassadeur Mehdi Mirboutalebi avec son épouse et Hassan Djavadian, chef de poste du ministère des renseignements iraniens en France, ainsi que d’autres personnels de l’ambassade étaient présents pendant la cérémonie.

Selon ces témoignages, l’épouse de l’ambassadeur a insulté les opposants, notamment les 4 femmes qui se trouvaient parmi les manifestants. Hassan Djavadian est entré dans le secteur réservé aux femmes et a frappé les opposantes, leur causant des blessures. Il a tenté d’étrangler l’une d’entre elles avec sa propre écharpe. Par la suite, il a saisi les téléphones portables et les pièces d’identités de ces 4 personnes avant de les transférer dans le sous-sol  du même bâtiment les soumettant à un interrogatoire.

Les diplomates-terroristes ont menacé ces gens en affirmant : « Ici c’est le territoire iranien, on vous traite de la même manière qu’on traite les gens comme vous en Iran, et personne ne pourra intervenir et nous empêcher de vous incarcérer dans ce sous-sol ».  Un agent nommé Emami s’est adressé aux autres agents en se servant d’un mégaphone : « Si ces gens-là bougent, écrasez-les et je prends en charge la responsabilité, tuez-les et j’irai en prison. »

 Les onze personnes n’ont été libérées qu’après l’intervention de la police.

Dans un communiqué publié le 25 décembre dernier, le mouvement d’opposition organisée,  le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a dénoncé les agissements des « diplomates-terroristes » du régime iranien à Paris. On y apprend qu’Hassan Djavadian, premier consul à l’ambassade, est un directeur du ministère iranien de renseignements en mission au ministère des affaires étrangères et à l’ambassade à Paris. Djavadian gère le réseau d’espionnage du régime des mollahs en France et tient des réunions hebdomadaires avec les espions et les agents du régime. L’adjoint de Djavadian est un certain Hamid-Reza Adel Hassanabadi connu parmi les hommes de main du régime comme Adel. L’antenne de renseignements  aux ambassades fait parti de la direction étrangère du ministère de renseignements chargé d’espionnage et d’opérations terroristes à l’étranger.

Autre agent du ministère de renseignements à l’ambassade est Madjid Khodadadi chargé de suivre les activités de la Résistance iranienne et des groupes politiques et qui est en relation avec le département « Elteghat » du ministère de renseignements (Elteghat est un terme utilisé pour désigner l’OMPI au ministère).

Les démocrates iraniens avaient été nombreux à condamner les agissements des « diplomates-terroristes » du régime iranien à Paris « qui ont  établi leur propre chambre à torture afin d’étendre leur répression féroce à la rue européenne ».

Il est intolérable de voir ces pseudo-diplomates brutaux être traité comme des représentants d’une grande nation civilisée. Il faudrait se joindre une fois pour toute à l’appel lancé par la Résistance iranienne qui dans son communiqué du mois de décembre a appelé le gouvernement français à appliquer les règlements européens qui interdisent l’activité des agents iraniens sur le sol européen :

« Tandis que le peuple iranien demande le renversement du régime des mollahs à travers son soulèvement au niveau national, et tandis que ce soulèvement prend chaque jour, en dépit de la répression sauvage et le massacre des manifestants, de nouvelles dimensions,  la Résistance iranienne appelle le gouvernement français à clore l’ambassade des mollahs et à expulser les diplomates-pasdaran y siégeant, appliquant la décision du 29 avril 1997 de l’Union européenne, constituant qu’elle « n’émettra pas de visa aux agents de renseignements du régime et expulsera les éléments de renseignements de ce régime du territoire des pays membres de l’Union européenne. » »

 

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous