Intelligence ReportsTerrorismeIran : durcissements nécessaires pour faire face à la...

Iran : durcissements nécessaires pour faire face à la crise du golfe

-

Ali Fadavi et Mohammad-Reza Naghdi

Menacée par le navire américain dans le sud, la République islamique se trouve en difficulté face aux problèmes internes

Le gouvernement iranien essaie de répondre à la situation survenue au golfe persique, après l’entrée des navires de guerre américain, par davantage de répression interne afin d’éviter le scénario « noir », c’est-à-dire une révolte dans les villes déjà ravagées par l’inondation du début de printemps en plus d’une crise économique et financière profonde.

Les autorités estiment que même un affrontement limité dans le golfe ne serait pas mortel tant que les villes resteront tranquilles.

Un problème de taille reste néanmoins l’état de moral de leur force principale, c’est-à-dire les Gardiens de la Révolution, les Pasdarans.

Etant désigné « entité terroriste étranger » par le Département d’Etat américain, la force élite de la République islamique a montré des signes préoccupants pour le pouvoir religieux.

La plus importante indice de cette perte de moral s’est montrée dans le changement du commandant en chef de l’armée, le général Mohammad-Ali Jaffari, le 21 avril 2019 par le Guide suprême qui a souligné le désire du commandant de s’occuper désormais des « aspects culturels » de la lutte contre l’ « arrogance mondial. »

Il semble que le gouvernement ne fait plus confiance au Pasdarans pour ses « sales tâches », par exemple réprimer la population désastrée des régions détruites par la forte inondation. Des brigades des milices étrangères à la solde des Pasdarans, notamment le Hashd-a-Shaabi irakien, ont été appelé au secours malgré la grogne de la population qui voit cet acte comme davantage d’humiliation.

Hossein Salami

En matière militaire, le Guide suprême a fait trois changement en tête des Pasdarans, désignant Hossein Salami, Ali Fadavi et Mohammad-Reza Naghdi, tous trois connus pour faire partie des membres les plus brutaux des Pasdarans, en tant que commandant en chef, commandant en second et coordinateur de l’armée. Le message de fermeté vise plutôt les rangs de l’armée, avant la population en colère dans les rues, qui aurait dû être effrayée par encore une autre mesure avant même l’aggravation de la crise : désignation le 7 mars 2019 d’Ebrahim Raissi en tant que Chef de Judiciaire.

Connu sous le nom « bourreau de 1988 », Raissi était le candidat soutenu par le Guide pendant la dernière élection présidentielle contre Rohani, mais qui a perdu contre ce dernier notamment à cause de son passé horrible.

En 1988, Raissi était membre actif d’un comité de trois individu désignés par Khomeiny, à l’époque le Guide suprême, pour purger les prisons de tous les prisonniers politiques toujours opposés au régime et qui annonçait leur soutien à l’Organisation des Modjahedines du Peuple d’Iran, OMPI. 30.000 prisonniers déjà condamnés à différents termes de prisons ont ainsi été exécutés au cours de quelques mois.

Avec Raissi en tête de l’appareil judiciaire, des rondes nocturnes ainsi que des « patrouilles de sécurité pour les quartiers de la ville », nommé Razavioun, ainsi que la nouvelle vague d’arrestations dans tout le pays, en particulier parmi les sympathisants de l’OMPI, font partie des nouvelles mesures prises par le régime pour empêcher les soulèvements populaires. Les noms de dix personnes arrêtées fin avril et les premiers jours de mai ont été révélés par la Résistance, qui montrent que les dissidents ont été arrêtés dans une variété de villes, en commençant par Téhéran.

Auparavant, le 23 avril 2019, l’OMPI a annoncé les noms de 28 personnes arrêtées avant cette date.

Mahmoud Alavi, Ministre de renseignement iranien, avait annoncé le 19 avril 2019 que 116 équipes en relation avec l’OMPI avaient été arrêtées l’année dernière. En conséquence, le directeur des services de renseignement de la province de l’Azerbaïdjan oriental a annoncé le 24 avril 2019, 110 cas d’arrestation et de répression à l’égard de l’OMPI dans la province au cours de l’année iranienne 1397 (à compter du 21 mars 2018). Les chiffres réels concernant les arrestations sont estimés d’être beaucoup plus élevés.

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous