Intelligence ReportsTerrorismeL'histoire inédite de l'assassinat du commandant de la force...

L’histoire inédite de l’assassinat du commandant de la force Qods du régime des mollahs

-

Dans la soirée du 22 mai, le colonel Hassan Sayad Khodai, l’un des principaux commandants de la force Qods du régime iranien, a été abattu à Téhéran.

Khodai est né en 1972 et a grandi dans la ville de Miyaneh, dans la province d’Azerbaïdjan oriental. Il a rejoint les Gardiens de la révolution du régime (pasdaran) à l’adolescence, en 1987.

L’agence de presse officielle Nasim a rapporté que « le colonel Khodai était responsable du transfert de la technologie des missiles au Hezbollah au Liban ».

Selon le site Internet « Defa Press (Defense Press) », affilié au ministère iranien de la Défense, Khodai était auparavant le vice-ministre de la recherche et du développement technologique de l’Organisation des industries de la défense.

L'histoire inédite de l'assassinat du commandant de la force Qods du régime des mollahs

La chaîne de télégrammes « Quds« , fortement affiliée à la force Qods du régime, a annoncé que « le colonel Khodai venait de rentrer de sa mission en Syrie il y a quelques jours. »

Les médias du régime ont également rapporté qu’il était proche de Qassem Soleimani, le commandant éliminé de la force Qods.

Citant les médias israéliens, les médias officiels du régime ont également affirmé que « le colonel Khodai était également responsable de la planification d’attaques terroristes et de l’enlèvement d’Israéliens. »

Sans donner de détails, dans une déclaration des Gardiens de la révolution, l’incident a été attribué à des groupes « contre-révolutionnaires et d’arrogance mondiale », ce qui pourrait faire référence à des pays comme Israël.

Les pasdaran ont également déclaré que Khodai était un « défenseur du sanctuaire », un terme utilisé pour les Iraniens qui agissent au nom de l’État en Syrie ou en Irak. L’Iran est un allié clé de Bachar el-Assad dans sa campagne sanglante contre le peuple syrien.

Khodai est le plus important responsable des pasdaran à être tué en Iran depuis l’élimination du physicien nucléaire de premier plan Mohsen Fakhrisadeh en novembre 2020, connu comme le père du programme d’armes nucléaires iranien. Téhéran avait imputé à Israël l’attaque du convoi de Fakhrisadeh près de Téhéran. Il est apparu plus tard qu’il avait agi en tant que secrétaire adjoint à la défense.

En janvier 2020, Qassem Soleimani a été tué dans une attaque de drone américaine en Irak. Soleimani avait commandé la force Qods affiliée aux pasdaran, qui est responsable des opérations étrangères du régime, du bellicisme et du terrorisme mondial.

En grande pompe, le régime a juré de se venger de ces meurtres, mais n’a jamais donné suite à des annonces aussi creuses.

Le compte Twitter de Noornews, qui serait proche du Conseil suprême de sécurité nationale du régime, a écrit : « Le meurtre de Sayad Khodai franchit la ligne rouge sans calcul, ce qui change de nombreuses équations. Les auteurs de ce crime paieront un lourd tribut. »

Le commandant en chef des pasdaran, Hossein Salami, a également affirmé : « Le sang du martyr Sayad Khodai ne restera pas sans réponse. »

 

7,062FansJ'aime
1,179SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Conférence de la Journée internationale de la femme en soutien à la lutte des femmes en Iran

Le 4 mars, une conférence a eu lieu en l'honneur de la journée internationale de la femme. Conférence intitulée...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous