Intelligence ReportsTerrorismeAttentat anti-juif en Argentine en 1994: l'Iran accusé

Attentat anti-juif en Argentine en 1994: l’Iran accusé

-

Agence Télégraphique Suisse, Buenos Aires, 25 octobre La justice argentine a officiellement accusé l’Iran et le mouvement chiite libanais Hezbollah d’être responsables d’un attentat contre une association juive en 1994 à Buenos Aires. L’attaque avait fait 85 morts et 300 blessés.

La décision de commettre l’attentat contre l’Association mutuelle israélite argentine « a été prise par les plus hautes autorités de la république islamique d’Iran, a déclaré Alberto Nisman, le chef d’une équipe de procureurs chargés de cette enquête. Ces magistrats ont réclamé un mandat d’arrêt international à l’encontre des plus hautes autorités du gouvernement iranien de l’époque, dont le président Ali Rafsandjani.

L’AMIA assure depuis longtemps que l’Iran a organisé l’attentat et en a confié la réalisation à des membres du Hezbollah libanais. Ces accusations, fondées sur des renseignements des services secrets argentins, américains et israéliens, ont toujours été rejetées par Téhéran et le Hezbolah.

Un magistrat argentin, le juge Juan Jose Galeano, qui mena l’enquête pendant neuf ans, avait désigné comme chef d’opération Moshen Rabbani, conseiller culturel de l’ambassade d’Iran à Buenos Aires, avant de se voir retirer l’affaire à cause d’irrégularités.

Cette accusation provoqua de fortes tensions entre Buenos Aires et Téhéran, qui arrivèrent à leur comble en 2003 lorsque, sur mandat argentin, la justice britannique arrêta l’ex-ambassadeur iranien en Argentine Hadi Soleimanpour, avant de juger les preuves insuffisantes et de le remettre en liberté.

En 2004, le procès de l’attentat de l’AMIA s’était achevé dans un climat de frustration avec la relaxe des cinq Argentins poursuivis pour avoir fourni un soutien logistique.

Selon l’enquête, quelque 300 kg d’explosifs dissimulés dans une voiture ont été utilisés. Les auteurs de cet attentat, le plus meurtrier qu’ait connu l’Argentine, n’ont jamais été retrouvés et aucune condamnation n’a jamais été prononcée.

La communauté juive argentine, la plus importante d’Amérique latine avec quelque 300’000 personnes, réclame chaque 18 juillet, à l’occasion de l’anniversaire de l’attentat de l’AMIA, que justice soit faite.

7,062FansLike
1,168FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous