Intelligence ReportsTerrorismeUn procureur italien accuse un responsable iranien du meurtre...

Un procureur italien accuse un responsable iranien du meurtre d’un opposant

-

Iran Focus, Londres, 28 octobre – Un procureur italien a officiellement accusé un haut responsable de l’Iran d’avoir préparé l’assassinat d’un opposant de premier plan en 1993.

Le vice procureur général de l’Italie, Franco Ionta a appelé la cour d’assises à prononcer une peine de prison à vie pour Amir Mansour Bozorguian pour son rôle dirigeant dans le meurtre de Mohammad-Hossein Naghdi, le représentant du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) en Italie.

Ionta a avancé que Bozorguian, qui est jugé par contumace, avait orchestré le meurtre de Naghdi exécuté sur les ordres de hautes autorités iraniennes dans le cadre d’une campagne systématique d’élimination de figures de l’opposition à l’étranger.

Naghdi, 42 ans, avait courroucé les autorités iraniennes lorsqu’il avait quitté son poste de chargé d’affaires en Italie pour rejoindre le CNRI.

Il a été tué par un tireur à moto alors qu’il se rendait à son bureau à Rome. Le tireur et le pilote de la moto ont immédiatement quitté les lieux.

Au moment du meurtre, Bozorguian, un officier de la police secrète iranienne, le ministère des renseignements et de la sécurité, le VEVAK, avait un passeport diplomatique et pouvait voyager assez facilement.

La décision du procureur italien d’accuser Bozorguian est arrivée le jour où les procureurs argentins ont accusé sept responsables iraniens dont l’ancien président Ali Akbar Hachemi Rafsandjani d’avoir préparé l’attentat de 1994 d’un centre de la communauté juive de Buenos Aires.

L’attentat contre l’AMIA (Argentine Jewish Mutual Association) avait fait 85 morts et 300 blessés.

Le CNRI avait révélé à l’époque qu’il avait obtenu des informations de l’intérieur du régime iranien sur le rôle de l’ambassade en Italie dans l’assassinat de Naghdi. Il avait aussi révélé des informations sur l’assassinat du Pr. Kazem Radjavi, qui représentait le CNRI en Suisse et à la Commission des droits de l’homme de l’ONU, le meurtre de quatre dissidents iraniens à Berlin et une série d’assassinats contre des opposants à l’étranger à la même époque, qui montraient qu’ils se déroulaient sur les ordres du guide suprême de l’Iran l’ayatollah Ali Khameneï et l’ancien président Rafsandjani.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous