Intelligence ReportsTerrorismeL’Argentine demande l’arrestation de hauts responsables iraniens

L’Argentine demande l’arrestation de hauts responsables iraniens

-

Iran Focus, Londres, 10 novembre – Un juge fédéral en Argentine a lancé un mandat d’arrêt international contre de hauts responsables en Iran, dont l’ancien président l’ayatollah Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, pour avoir planifié l’attentat meurtrier contre un centre de la communauté juive à Buenos Aires en 1994.

Le juge Rodolfo Canicoba Corral a déclaré à l’AFP jeudi qu’il avait demandé au gouvernement iranien ainsi qu’à Interpol de lui livrer l’ancien président sur un mandat émis pour “crimes contre l’humanité” lors de cet attentat contre l’AMIA.

« Une analyse détaillée à la demande du procureur général a abouti à ce mandat », a-t-il dit.

Le 25 octobre, le procureur argentin accusait Rafsandjani et sept autres individus d’avoir planifié cet attentat qui avait fait 85 morts et 300 blessés.

“Nous avons prouvé que la décision d’attaquer l’AMIA le 18 juillet 1994 (…) avait été prise par les plus hautes autorités du gouvernement iranien de l’époque », a déclaré à la presse le procureur général d’Argentine.

Le juge fédéral a demandé à Interpol d’arrêter les individus suivants :

• L’ayatollah Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, ancien président iranien, actuellement président du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat et vice président de la l’assemblée des expert.

• L’hodjatoleslam Ali Fallahian, ancien ministre iranien des renseignements et de la sécurité.

• Ali Akbar Velayati, ancien ministre iranien des Affaires étrangères et actuel conseiller en chef en politique étrangère du guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei

• Le général Mohsen Reza’i, ancien commandant en chef du corps des gardiens de la révolution (CGR), et actuel secrétaire du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat.

• Le général Ahmad Vahidi, ancien commandant de la force Qods du CGR, et actuel vice-ministre de la Défense.

• Mohsen Rabbani, ancien attaché culturel de l’ambassade d’Iran à Buenos Aires.

• Ahmad Reza Asgari, alias Mohsen Ranjbaran, ancien troisième secrétaire de l’ambassade d’Iran à Buenos Aires

• Hadi Soleimanpour, ancien ambassadeur d’Iran à Buenos Aires

La justice argentine a aussi demandé l’arrestation d’Imad Fayez Mugniyeh, commandant du groupe chi’ite libanais du Hezbollah pour les opérations à l’étranger. On soupçonne Mugniyeh de se cacher en Iran.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous