Intelligence ReportsTerrorismeLa lutte antiterroriste reste en tête des préoccupations à...

La lutte antiterroriste reste en tête des préoccupations à Washington (ANALYSE)

-

AFP, Washington, 21 janvier – Le président américain George W. Bush entame son second mandat bien décidé à poursuivre le combat antiterroriste avec une détermination qui a pourtant créé un fossé entre Washington et la plus grande partie du reste du monde.
Avec deux interventions militaires et une occupation qui se poursuit, M. Bush a peu fait montre d’apaisement dans sa volonté de quête d’un nouvel ordre mondial sécuritaire né des attentats du 11 septembre 2001, même s’il enferme cette stratégie dans une campagne « contre la tyrannie ».
« Les événements et la raison nous mènent à une conclusion: la survie de la liberté dans notre pays dépend de plus en plus du succès de la liberté dans d’autres pays », a affirmé jeudi le président républicain dans son discours d’investiture.
Après l’Afghanistan et l’Irak, les spéculations vont bon train sur la prochaine cible, l’Iran, accusé par Washington de développer un programme d’armes nucléaires. Le vice-président Dick Cheney a déclaré jeudi: « Si vous cherchez dans le monde les endroits potentiellement dangereux, l’Iran est clairement en haut de la liste ».
Mais de nombreux experts et dirigeants rappellent que M. Bush, qui a fait campagne pour sa réélection comme « président de temps de guerre », était sérieusement en décalage avec d’autres pays plus enclins à combattre la pauvreté, les pandémies ou les atteintes à l’environnement.
L’obsession américaine du terrorisme a conduit nombre de voix dans le monde à s’inquiéter du fait qu’elle pourrait avoir pour résultat d’aggraver les tensions, annihiler les efforts en faveur des droits de l’homme et éroder les libertés civiques.
Ces voix évoquent la subordination de Washington à ses intérêts de politique étrangère, fermant les yeux, par exemple, sur la vente d’équipements nucléaires par son allié pakistanais.
Dans une attaque foudroyante lancée l’année dernière, le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, a estimé que la politique unilatéraliste des Etats-Unis vise à rétablir « la loi de la jungle ».
La catastrophe des raz-de-marée le mois dernier en Asie, qui a fait plus de 200.000 morts, a rappelé les dangers environnementaux auxquels le monde fait face, relativisant du même coup les près de 3.000 morts du 11 septembre 2001.
Un sondage publié mercredi par la chaîne de télévision britannique BBC a montré que 58% des gens dans le monde estiment que la réélection de M. Bush a rendu le monde plus dangereux. Seules la Pologne, l’Inde et les Philippines se démarquent.
L’opinion américaine, quant à elle, considère toujours la lutte contre le terrorisme comme la priorité mais le soutien s’effrite.
Selon une enquête du centre Pew, 28% des Américains mettent en avant l’action militaire américaine dans le monde, alors qu’ils étaient 40% à choisir cette priorité trois ans auparavant. Quelque 60% estiment que l’urgence est de se défendre dans le pays-même.
M. Bush semble avoir adouci sa politique du « avec moi ou contre moi » dans la guerre contre le terrorisme, en annonçant notamment son intention, juste après sa réélection, d’effectuer une tournée en Europe.
Condoleezza Rice, son nouveau secrétaire d’Etat, a promis cette semaine que sa priorité serait la diplomatie américaine et a vanté l’Otan, l’Union européenne et les autres alliés, qualifiés de « nos meilleurs partenaires » contre le terrorisme.
L’administration, qui loue les dividendes enregistrés par les opérations de secours américaines auprès des victimes des tsunamis, voit maintenant l’assistance sociale comme un outil essentiel pour évacuer les sentiments anti-américains.
Mais certains experts sont sceptiques.
« Je pense qu’il y a des signes montrant que le président souhaiterait changer la manière dont les Etats-Unis sont perçus », déclare John Wolfstahl de l’institut Carnegie.
« Mais la vraie question c’est: Est-il prêt à des changements du contenu de la stratégie pour arriver à ce résultat? Nous n’avons encore rien vu qui nous permette de le dire jusqu’à présent », ajoute l’expert.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous