Intelligence ReportsTerrorismeDes militants chiites menacent des exilés iraniens en Irak

Des militants chiites menacent des exilés iraniens en Irak

-

 


AP, 26 février (AP) – Le chef d’un nouveau groupe militant chiite en Irak, a mardi menacé de lancer de nouvelles attaques contre un camp de réfugiés abritant des exilés iraniens qui a été frappé par des dizaines de roquettes et d’obus de mortier au début du mois.

Sept personnes ont été tuées dans l’attaque du 9 février sur le camp près de l’aéroport de Bagdad qui abrite les membres des Moudjahidine du peuple, ou OMPI, l’aile militante d’un groupe de l’opposition iranienne basé à Paris.

Le gouvernement irakien, qui entretient des relations amicales avec Téhéran, estime que l’OMPI est un groupe terroriste et veut que ses membres quittent le pays.

Les propos tenus mardi par Wathiq al-Batat suggèrent qu’il partage l’objectif du gouvernement, même s’il est en désaccord avec sa manière de traiter les exilés.

Dans un entretien téléphonique avec Associated Press, al-Batat a déclaré que son groupe nouvellement formé de l’Armée de Mokhtar était derrière l’attaque et a promis de nouvelles attaques à venir.

«Il est temps pour les gens de l’OMPI de quitter l’Irak. Nous avons demandé au gouvernement de jeter le groupe hors du pays, mais le gouvernement irakien n’a pas répondu positivement à notre demande », a-t-il dit.

« Nous allons les frapper à nouveau jusqu’à ce qu’ils partent. » Il n’a pas été possible de confirmer de manière indépendante l’allégation d’al-Batat selon laquelle son groupe se tient derrière les attentats, mais des responsables irakiens et des membres de l’Ompi disent prendre ses menaces au sérieux.

Aucun autre groupe n’a revendiqué la responsabilité. « L’armée de Mokhtar » est apparue sur des tracts menaçants envoyés à des familles sunnites dans un quartier de Bagdad la semaine dernière les avertissant de partir ou de subir de graves conséquences.

L’Ompi s’oppose au régime religieux iranien (…) Il a renoncé à la violence en 2001.

L’administration Obama l’a retiré de la liste terroriste américaine en septembre dernier. Le camp de réfugiés est situé dans une ancienne base militaire américaine connue sous le nom de camp Liberty. Il est prévu qu’i l ne soit qu’une étape temporaire pendant que l’ONU s’emploie à reloger les réfugiés à l’étranger. Les membres de l’Ompi ont commencé à partir à contrecœur au camp Liberty l’année dernière.

Ils vivaient auparavant dans un complexe appelé le camp d’Achraf dans le nord-est de l’Iran. Il a été deux fois attaqué par les forces de sécurité irakiennes, qui on fait plus de trois dizaines de morts.

Al-Batat était un haut responsable des Brigades du Hezbollah, qui seraient financées et entraînées par la force d’élite iranienne, les gardiens de la Révolution.

Le groupe figure au nombre des milices chiites qui s’attaquaient aux bases militaires américaines des mois avant que les troupes ne se retirent en décembre 2011.

Au début du mois, il a annoncé qu’il formait un nouveau groupe appelé l’Armée de Mokhtar.

Il continue aussi d’utiliser le nom du Hezbollah, ce qui suggère qu’il essaie de revendiquer le leadership qui lui revient de ce groupe. Le Hezbollah considère qu’il a fait défection. Bien que les Brigades du Hezbollah et le Hezbollah mieux connu du Liban soient tous deux soutenus par l’Iran, ils semblent opérer en grande partie indépendamment les uns des autres (…)

Al-Batat a déclaré mardi se trouver en Irak, mais a refusé de dire où.

Le groupe d’opposition iranien qui supervise l’OMPI, le Conseil national de la Résistance iranienne, voit dans Al-Batat et ses disciples un bras de la Force Qods de l’Iran, qui supervise les opérations extérieures des gardiens de la révolution iraniens.

« En réalité, l’opération contre le camp Liberty a été réalisée par le régime iranien avec la coopération du gouvernement irakien », a déclaré Shahin Gobadi, un porte-parole du groupe d’opposition basé à Paris.

« Al-Batat fait partie de cette machine de terreur. » Gobadi a appelé au retour des membres de l’OMPI au camp d’Achraf, où les réfugiés sentent qu’ils seront plus en sécurité. Dans une interview mardi, al-Batat s’est lui-même qualifié de disciple du guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei. Il a déclaré que son groupe recevait des armes et d’autres formes de soutien de l’Iran, mais a refusé de donner des détails.

Il avait déjà dit qu’il était conseillé par la Force Qods de l’Iran (…)

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous