Iran and its NeighboursIrakL'Iran derrière l'assassinat de deux dignitaires chiites (responsable irakien)

L’Iran derrière l’assassinat de deux dignitaires chiites (responsable irakien)

-

AFP, Koweït, 5 octobre – Le président du Parlement irakien, Hajem al-Hassani, a accusé l’Iran d’implication dans l’assassinat de deux dignitaires chiites en Irak en 2003, lors d’une rencontre avec des députés islamistes koweïtiens, a rapporté le quotidien koweïtien Al-Anbaa dans son édition de jeudi.

« Bagdad a des preuves irréfutables sur une implication de l’Iran dans l’assassinat de l’ayotallah Mohammad Baqer al-Hakim et d’Abdel Majid al-Khoï », a déclaré M. Hassan, qui a achevé mercredi une visite de quatre jours au Koweït, a précisé le journal, citant des « sources islamistes koweïtiennes ».

Le responsable irakien a tenu ces propos lors d’une rencontre avec des députés islamistes koweïtiens, a ajouté Al-Anbaa.

« Hassani a affirmé aux députés que l’Iran estimait que Hakim et Khoï ne servaient pas ses futurs intérêts en Irak (…) à cause de leur position de principe en faveur de l’arabité de leur pays », écrit le journal.

Le président du parlement irakien, un sunnite, a ajouté que les deux dignitaires chiites avaient « un programme » politique qui n’était pas conforme à celui de Téhéran basé sur « le nationalisme iranien ».

Un député islamiste qui a assisté à la rencontre, interrogé par l’AFP, a confirmé sous le couvert de l’anonymat les propos rapportés par le journal.

Durant la rencontre, M. Hassani a accusé aussi l’Iran d’implication dans plusieurs attentats qui ont ensanglanté l’Irak dans le but d’entretenir la tension dans ce pays, selon Al-Anbaa. Il a ajouté que l’ingérence de l’Iran en Irak était « très claire » et que Téhéran avait réussi à infiltrer diverses milices armées dans ce pays, toujours selon le journal.

L’ayatollah Mohammad Baqer Hakim, qui dirigeait le Conseil supérieur de la révolution islamique d’Irak (CSRII), avait été tué dans un attentat fin août 2003 à Najaf au sud de Bagdad, dans lequel avaient également péri plus de 80 personnes.

Abdel Majid al-Khoï, fils du grand ayatollah Aboul Qassem al-Khoï, l’un des principaux dignitaires chiites d’Irak décédé en 1992 en résidence surveillée, a été assassiné en avril 2003 également à Najaf, à son retour d’exil à Londres.

7,062FansLike
1,164FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous