Iran and its NeighboursIrakL’Iran présente un projet visant à développer son rôle...

L’Iran présente un projet visant à développer son rôle en Irak

-

The New York Time, Bagdad, 29 janvier – Par James Glanz – L’ambassadeur d’Iran à Bagdad a présenté dimanche un projet ambitieux visant à étendre significativement ses liens économiques et militaires avec l’Irak, avec par exemple l’implantation de la filiale d’une banque nationale iranienne au cœur de sa capitale, au moment où l’administration Bush avertit les Iraniens de cesser d’intervenir dans les affaires irakiennes.

Le projet iranien, comme l’a souligné l’ambassadeur, a le potentiel d’intensifier le conflit ici entre l’Iran et les États-Unis, qui gardent en détention plusieurs agents iraniens depuis ces dernières semaines et affirment posséder la preuve de la complicité de l’Iran dans des attaques contre les forces américaines et irakiennes.

L’ambassadeur Hassan Kazemi Qomi a déclaré que l’Iran était prêt à offrir au gouvernement irakien un entraînement de ses forces, des équipements et des conseils pour ce qu’il a désigné de « combat pour la sécurité ». D’un point de vue économique, a affirmé M. Qomi, l’Iran est prêt à assumer une responsabilité majeure en Irak dans la reconstruction, là où les États-Unis ont échoué depuis que les forces menées par l’Amérique ont renversé Saddam Hussein il y a presque quatre ans.

« Nous avons de l’expérience en matière de reconstruction d’après-guerre », a avancé M. Qomi, en référence à la guerre Iran-Irak qui a eu lieu dans les années 1980. « Nous sommes prêts à transmettre notre expérience aux Irakiens en matière de reconstruction. »

M. Qomi a également reconnu pour la première fois, que les deux Iraniens capturés puis libérés par les forces américaines le mois dernier étaient de hauts responsables de la sécurité, comme l’avaient annoncé les États-Unis. Mais il a expliqué qu’ils étaient engagés dans des pourparlers légitimes avec le gouvernement irakien et qu’ils n’auraient pas dû être arrêtés.

Les commentaires de M. Qomi, tirés d’une interview de 90 minutes autour d’un thé et de pistaches ici à l’ambassade d’Iran, constituent la réponse la plus officielle et la plus sérieuse jamais fournie par les Iraniens aux accusations de plus en plus belliqueuses de l’administration Bush, selon lesquelles l’Iran agit contre les intérêts américains en Irak.

Le président Bush a annoncé que l’armée américaine était autorisée à prendre toutes les mesures nécessaires en Irak contre les Iraniens suspectés de mener des actions jugées hostiles.

L’ambassadeur iranien a soudain accepté cette interview demandée il y a longtemps et à plusieurs reprises après la première arrestation d’Iraniens par les Américains le 21 décembre, et semblait désirer vivement réfuter ces accusations.

Le conflit politique et diplomatique qui a suivi le raid du 21 décembre jusqu’à leur libération neuf jours plus tard, a contribué, aux côtés du différend autour du programme nucléaire iranien, à aggraver les tensions entre les États-Unis et l’Iran. Ce mois-ci, les forces américaines ont arrêté cinq autres Iraniens dans un raid contre un bureau diplomatique situé dans la ville d’Erbil, au nord de l’Irak.

Tout en divulguant très peu de détails, les États-Unis affirment que les preuves rassemblées lors du raid de Bagdad, dans la résidence d’un leader chiite irakien, indiquaient que les Iraniens étaient impliqués dans l’organisation d’attaques.

On ne sait pas exactement si M. Qomi suit les instructions de son gouvernement dans son interview, en rejetant avec mépris les accusations de l’Amérique et en retenant quelques sarcasmes.

Il a tourné en dérision les preuves que l’armée américaine dit avoir découvertes, telles que des cartes de Bagdad délimitant des quartier chiites, sunnites ou mixtes, cartes qui selon les hauts responsables américains, pourraient être utilisées par les milices engagées dans un massacre ethnique. M. Qumi a affirmé que ces cartes étaient si communes et si facilement accessibles qu’elles ne prouvaient rien.

Il a refusé de dire s’il croyait que ces cartes présentaient des marquages sectaires ou si elles se rapportaient à d’autres preuves trouvées par les Américains, comme des manifestes d’armes et d’équipements liés à la technologie de bombes de bord de route sophistiquées. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle les Iraniens se trouvaient à cet endroit, a-t-il dit.

« Ils travaillent dans le secteur de la sécurité pour la République islamique, c’est clair », a affirmé M. Qomi, en référence à l’Iran. Mais il a ajouté que ces hommes étaient en Irak parce que « les deux pays s’étaient mis d’accord pour résoudre les problèmes de sécurité ». Les Iraniens « étaient venus rencontrer le camp irakien », a-t-il affirmé.

Avec surprise, M. Qomi a annoncé que l’Iran allait ouvrir prochainement une banque nationale en Irak, créant ainsi une nouvelle institution financière iranienne juste sous les yeux des Américains. Un haut responsable bancaire irakien, Hussein al-Uzri, a confirmé que l’Iran avait reçu l’autorisation d’ouvrir cette banque, qui serait apparemment selon lui la première « filiale bancaire à cent pour cent » d’un pays étranger en Irak.

« Cela va encourager le commerce entre les deux pays », a affirmé M. Uzri.

M. Qomi a déclaré que cette banque ne serait que la première en Irak et qu’il y en aurait d’autres : une banque agricole et trois banques privées ont également l’intention d’ouvrir leurs filiales. D’autres éléments de cette nouvelle coopération économique, dit-il, prévoient des livraisons de kérosène et d’électricité de l’Iran à l’Irak, ainsi qu’une nouvelle coopérative agricole impliquant les deux pays.

Il n’a donné aucun détail de l’offre d’assistance militaire faite par l’Iran à l’Irak, mais a affirmé que celle-ci prévoyait un renforcement des patrouilles frontalières et la création d’un nouveau « comité conjoint de sécurité ».

Toute assistance militaire iranienne à l’Irak présenterait des difficultés multiples. En plus de soulever l’objection américaine, une telle assistance pourrait contribuer à aliéner encore plus les Arabes sunnites, dont un grand nombre suspectent déjà l’Iran, majoritairement chiite, d’encourager le gouvernement irakien à majorité chiite à les persécuter.

Plusieurs hauts responsables américains et irakiens ont déclaré dimanche qu’il était difficile de répondre aux déclarations de M. Qomi avant qu’elles ne soient communiquées par voie officielle. Le porte-parole de l’ambassade américaine à Bagdad, Lou Fintor, a refusé de répondre à ces commentaires.

Sean McCormack, porte-parole du Département d’Etat américain, a affirmé dimanche que les Etats-Unis détenaient un nombre suffisant de preuves indiquant la participation de l’Iran dans des attaques sectaires en Irak. « Nous arrivons à un haut degré de certitude grâce aux informations que nous détenons déjà, et nous en accumulons constamment d’autres », a affirmé M. McCormack.

Il n’a pas évoqué les détails des propos de M. Qomi sur l’intention
iranienne de renforcer ses liens économiques et sécuritaires, mais a affirmé
que l’Iran jouait actuellement « un rôle négatif à bien des égards » dans le
pays.

Les dirigeants irakiens ont également répondu qu’ils ne pouvaient pas commenter des programmes spécifiques, tant qu’ils n’en auraient pas vu le détail, mais ont exprimé une variété de points de vue sur le renforcement des liens du pays avec l’Iran.

« Nous accueillons à bras ouverts toutes initiatives de participation au processus de reconstruction », a affirmé Qasim Daoud, ancien conseiller à la sécurité nationale, désormais député chiite laïc au Parlement. « Selon moi, notre alliance stratégique se fait avec les Américains, mais en même temps, nous recherchons la participation de tout autre pays qui aimerait participer », a affirmé M. Daoud.

Barham Salih, vice-Premier ministre, kurde et dont la responsabilité englobe les questions économiques, a bien plus nettement désiré évoquer la critique de M. Qomi de la présence américaine.

« Dans l’intérêt national de l’Irak, nous devons maintenir de bonnes relations avec l’Iran ainsi qu’avec nos autres voisins, mais cela nécessite le respect de la souveraineté irakienne », a déclaré M. Salih.

M. Qomi s’est exprimé en persan pendant une grande partie de l’interview, mais passait de temps à autre à l’anglais lorsqu’il voulait être certain que son message passe avec force.

Bien que M. Qomi n’ait pas pris connaissance des questions spécifiques qui allaient lui être posées lors de l’entretien, il avait été informé des sujets généraux qui seraient abordés et semblait prêt à y répondre avec des réponses détaillées. Il paraissait tenir à transmettre la position de son gouvernement sur ce qui s’est passé à l’aube du 21 décembre, lorsque les forces américaines ont fait une descente à Bagdad chez Abdul Aziz al-Hakim, un des plus puissants leaders chiites d’Irak, qui avait voyagé à Washington trois semaines plus tôt pour rencontrer le président Bush.

Les Iraniens ont été capturés au domicile de Hadi al-Ameri, qui a deux fonctions importantes : il est président de la commission de la sécurité du parlement irakien et chef de l’Organisation Badr, branche armée du parti de M. Hakim, qui a passé de nombreuses années en exil en Iran.

Bien que les Américains suggèrent que les Iraniens assistent les milices telles que l’Organisation Badr, M. Qomi a affirmé que ses compatriotes traitaient avec M. Ameri en sa qualité de membre du gouvernement.

Il n’était même pas prévu que les Iraniens passent la nuit là-bas, mais leurs affaires se sont prolongées et ont dépassé l’heure du couvre-feu et, comme un grand nombre d’habitants de Bagdad dans la même situation, ont dû passé la nuit sur place, a expliqué M. Qomi.

M. Qumi a vivement recommandé aux États-Unis de ne pas aggraver les tensions dans ce qu’il a qualifié de « dossier nucléaire » en Irak. « Nous n’avons pas besoin que l’Irak paye pour notre animosité envers les Américains », a-t-il ajouté.

L’interview touchant à sa fin, M. Qumi a adressé une dernière remarque aiguisée aux Américains. Si l’Iran a le droit de mener des activités de reconstruction en Irak, a-t-il dit, alors toutes les sociétés internationales de construction sont les bienvenues. « Encouragez les sociétés américaines à venir ici », a-t-il dit.

Abdul Razzaq al-Saiedi a contribué à cet article depuis Bagdad ainsi que Mark Mazzetti depuis Washington.

7,062FansLike
1,173FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Le régime iranien cache les violations des droits humains dans ses prisons

Après plus de quatre mois de soulèvements nationaux en Iran, la brutalité de l'appareil sécuritaire et judiciaire du régime...

Les démissions et les renvois signalent le désespoir de Téhéran face aux manifestations

Mercredi 22 décembre, le ministre de l'Intérieur du régime iranien, Ahmad Vahidi, a annoncé que Mohammad-Tayyeb Sahraei avait été...

Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur

L'Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous