Iran and its NeighboursIrakRépression en Syrie: l'UE va sanctionner trois Iraniens

Répression en Syrie: l’UE va sanctionner trois Iraniens

-

AFP: L’Union européenne va sanctionner trois Iraniens accusés d’aider Damas dans la répression des manifestations, dans le cadre de nouvelles sanctions que le régime syrien considère comme une déclaration de « guerre » contre lui.

« Il y a un accord de principe » à ce sujet des experts des 27 pays de l’Union européenne, a indiqué à l’AFP un diplomate européen.

Les sanctions renforcées, dont le principe avait été annoncé lundi par les ministres européens des Affaires étrangères, doivent être formellement approuvées jeudi par les gouvernements de l’UE, avant une entrée en vigueur vendredi.

Elles imposent un gel des avoirs en Europe et une interdiction de voyager dans l’UE à au total sept personnes, dont trois Iraniens que l’UE accuse de fournir des équipement militaires pour aider le régime syrien à réprimer les manifestants, selon les diplomates. Les quatre autres sont des responsables syriens.

Les sanctions renforcées concernent aussi quatre entreprises syriennes liées au régime du président Bachar al-Assad, selon les sources diplomatiques.

Les noms des personnes et entreprises concernées ne seront rendus public que vendredi.

Dans une déclaration diffusée à Bruxelles, un porte-parole du gouvernement britannique a « salué l’inclusion de trois noms d’Iraniens dans le train élargi de sanctions contre le régime syrien ».

« Ceci envoie un message très clair au gouvernement iranien qu’il est inacceptable qu’il fournisse des équipements et des conseils techniques pour aider le régime syrien à mater les protestations », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis ont aussi accusé l’Iran de soutenir la répression des protestataires en Syrie.

Mais le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a démenti mercredi que son pays reçoive le soutien de l’Iran ou du Hezbollah libanais contre les manifestants qui contestent le régime. Il a aussi assimilé les sanctions de l’UE à une « guerre » contre la Syrie et brandi la menace d’une suspension de sa participation à l’Union pour la Méditerranée.

La répression a fait depuis le 15 mars plus de 1.300 morts parmi les civils et entraîné l’arrestation de plus de 10.000 personnes, selon des ONG syriennes. Elle a aussi poussé à l’exode des milliers de Syriens vers la Turquie et le Liban.

L’Union européenne a déjà adopté un premier train de sanctions contre 23 caciques du régime syrien, dont le président Assad. Elle entend à présent accroître la pression.

Lundi, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton s’était dite « déçue » par les propositions de réformes faites par le président Assad dans son dernier discours.

Et dans une déclaration commune, les ministres européens des Affaires étrangères ont estimé que la « crédibilité et le leadership » de Bachar al-Assad « dépend des réformes » annoncées.

La Grande-Bretagne et la France font partie des pays qui tiennent le discours le plus dur à l’égard de Damas en Europe.

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a appelé le président syrien à choisir entre les réformes et « se retirer » du pouvoir. Pour son homologue français Alain Juppé « le point de non retour a été atteint » pour Bachar al-Assad qui ne peut à ses yeux être l’homme de la démocratisation du pays.

Mais l’UE a beau renforcer ses sanctions, « aussi longtemps que nous avons le silence du Conseil de sécurité de l’ONU nous sommes dans une situation difficile » pour peser sur Damas, a reconnu cette semaine le chef de la diplomatie suédoise, Carl Bildt.

La Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et le Portugal ont déposé un projet de résolution assimilant la répression en Syrie à un crime contre l’humanité mais la Chine et la Russie ont menacé de faire usage de leur droit de veto.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous