IranDroits de l'hommeIran: le pendu ressuscité dans le coma, peu de...

Iran: le pendu ressuscité dans le coma, peu de chances de survie (médias)

-

TÉHÉRAN, 21 octobre 2013 (AFP) – Un condamné à mort ayant survécu à sa pendaison en Iran mi-octobre « se trouve dans le coma » et a peu de chance de survivre, a indiqué l’agence officielle Irna citant une source proche du dossier.

« Les médecins ont dit que (son) niveau de conscience était de 6% seulement et que la possibilité de mort cérébrale existait si sa situation ne s’améliorait pas », a expliqué à l’agence une « source informée » du cas de ce condamné.

« Dans sa condition, les médecins ne peuvent procéder à une opération chirurgicale », a ajouté cette source, alors que l’euthanasie est interdite en Iran.

L’homme de 37 ans, identifié par son prénom Alireza, avait été pendu à la prison de Bojnourd (nord-est) après avoir été reconnu coupable de trafic de drogue.

Il avait passé 12 minutes au bout de la corde avant d’être déclaré mort par le médecin de la prison, et son corps avait été conduit à la morgue, selon la presse. Mais le lendemain, un employé de la morgue avait remarqué que l’homme, enveloppé dans une housse mortuaire, respirait encore. Il avait alors été transféré à l’hôpital.

Les juristes iraniens s’affrontent désormais pour savoir s’il doit être pendu de nouveau. Certains juges et avocats estiment que la sentence n’a pas été appliquée entièrement, d’autres affirment qu’une nouvelle exécution serait contraire à la loi.

Deux grands ayatollahs ont publié une fatwa (décret religieux) pour affirmer que le condamné ne pouvait être de nouveau exécuté.

Mais la source interrogée par Irna a assuré que « la loi doit déterminer la situation de ce condamné ».

Dans un communiqué, Amnesty International a exhorté Téhéran à ne pas renvoyer le condamné au gibet, soulignant que la perspective d’une seconde exécution « souligne simplement la cruauté et l’inhumanité de la peine capitale ».

Selon Amnesty, au moins 508 personnes ont été exécutées depuis le début 2013.

En vertu de la charia (loi islamique) en vigueur en Iran, le meurtre, le viol, le vol à main armée, le trafic de drogue et l’adultère sont passibles de la peine capitale. L’ Iran, avec la Chine, l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, procède au plus grand nombre d’ exécutions dans le monde.

La République islamique estime que les exécutions sont essentielles pour le maintien de l’ordre et que ce type de sentence n’est appliqué qu’après un processus judiciaire approfondi.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous