IranDroits de l'hommeFrance-Iran : Des parlementaires et juristes européens demandent justice...

France-Iran : Des parlementaires et juristes européens demandent justice pour l’opposition iranienne

-

Iran Focus, 13 mai – Des parlementaires et des juristes européens ont appelé les autorités françaises à abandonner les charges contre les responsables du Conseil national de la résistance iranienne et à mettre fin à ce qu’ils estiment être un harcèlement des opposants du régime religieux en France.

L’appel est venu de centaines de parlementaires et de personnalités politiques et juridiques qui participaient à un séminaire à Paris mardi 10 mai intitulé « Deux ans après le 17 juin 2003, Justice et Vérité pour le Conseil national de la résistance iranienne ».

Les orateurs ont l’un après l’autre condamné le raid sans précédent de la police française contre le CNRI en juin 2003 et noté que deux ans après des enquêtes poussées, pas une seule charge n’avait été retenue contre le CNRI.

Le 17 juin 2003, quelques 1300 policiers fondaient sur les bureaux du CNRI et des habitations de réfugiés iraniens. Les autorités françaises avaient à l’époque prétendu que le groupe préparaient une série d’attentats en Europe. Une fouille minutieuse des bureaux du CNRI avait fait chou blanc, ne trouvant rien pour étayer les allégations. La justice française, dans une décision exceptionnelle, avait libéré les 165 opposants iraniens en quelques jours, mais 17 responsables du CNRI étaient mis en examen.

Le président de la commission des affaires étrangères, Mohammad Mohadessine, a dit au séminaire que son mouvement possédait des documents qui prouvaient que des services français, en l’occurrence la DST, avaient mené ce raid à la demande des dirigeants iraniens.

Des personnalités aussi éminentes qu’Henri Leclerc, Lord Slynn of Hadley, ancien juge à la cour européenne de justice, le Pr. Jean-Yves de Cara, juriste international, lord Russell-Johston,,ancien président de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Le sénateur Jean-Pierre Michel, l’avocat William Bourdon, Me Christophe Pettiti, secrétaire général de l’institut européen des droits de l’homme, le Pr. Bernard Bouloc qui enseigne le droit à la Sorbonne, l’ancien bâtonnier de Paris Mario Stasi, Sid Ahmed Ghozali ancien premier ministre algérien, les députés britanniques Andrew MacKinlay et Rudi Vis, et Serge Lecalvez, représentant la Ligue des droits de l’homme, se trouvaient parmi la pléthore de personnalités qui ont pris la parole.

La présidente de la République élue du CNRI, Maryam Radjavi, a adressé un message vidéo au séminaire. Elle y souligne qu’aucune preuve n’a été trouvée pour soutenir les accusations de blanchiment d’argent lancées contre l’opposition iranienne. Maryam Radjavi a affirmé que certains services de sécurité français avaient fabriqué de fausses charges pour justifier la rafle du 17 juin 2003.

Plusieurs membres du Parlement européen sont aussi intervenus en Dupleix depuis Strasbourg : Alejo Vidal Quadras, premier vice-président, Paulo Casaca eurodéputé portugais et président de la délégation du PE à l’assemblée parlementaire de l’OTAN, Struan Stevenson, britannique et président du groupe PPE au parlement, Helmut Markov, président du groupe PSD allemand au parlement, et Astrid Lulling, eurodéputée du Luxembourg. Ils se sont tous accordée à dire que les allégations de terrorisme contre les Modjahedines du peuple étaient infondées. Ils ont appelé les autorités françaises à mettre fin aux pressions sur les Modjahedines et la Résistance iranienne.

Les Moudjahidine du peuple font partie du CNRI et ont été placés sur la liste du terrorisme de l’Union européenne en mai 2002, dans un « geste de bonne volonté vers Téhéran » selon les termes de la présidence espagnole de l’Union européenne à l’époque.

7,062FansLike
1,163FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous