IranDroits de l'hommeL'Assemblée générale des Nations Unies condamne les violations des...

L’Assemblée générale des Nations Unies condamne les violations des droits de l’homme en Iran

-

Le mercredi 16 décembre 2020, l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a adopté une résolution condamnant la violation grave et systématique des droits de l’homme en Iran, marquant la 67e fois où les organes de l’ONU ont adopté des résolutions condamnant les violations des droits de l’homme en Iran. La résolution a recueilli 82 voix affirmatives, déclarant les profondes préoccupations de la communauté internationale concernant les conditions des droits de l’homme dans le pays.

La dernière condamnation de la plus haute instance des droits de l’homme de l’ONU indique que d’autres pays suivent l’évolution de la situation en Iran et sont conscients des atrocités du gouvernement contre ses citoyens. Ce problème signale aux ayatollahs que contrairement aux années précédentes, ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent contre le peuple, disent les experts iraniens. En outre, en raison de leurs conditions socio-économiques fragiles, le monde ne fermerait pas les yeux sur leurs crimes et considérerait les conditions des droits de l’homme comme un élément central de toute discussion.

La résolution condamne la «fréquence élevée de l’exécution de la peine de mort» en Iran. L’AGNU mentionne également les obligations internationales du gouvernement iranien, y compris les exécutions contre des personnes sur la base d’aveux forcés.

Depuis les manifestations antigouvernementales de novembre 2019, les interrogateurs et les magistrats iraniens ont pratiqué une torture extrême et inhumaine sur les détenus, les poussant à avouer des crimes présumés. Selon d’anciens prisonniers, plusieurs personnes arrêtées ont perdu la vie sous la torture et d’autres mauvais traitements.

Le 2 septembre 2020, Amnesty International a fourni des informations accablantes obtenues au cours de 60 entretiens avec des détenus libérés des manifestations de novembre 2019. Ils ont déclaré que les interrogateurs et les tortionnaires avaient commis des crimes horribles, notamment des coups, des coups de fouet, des abus sexuels et des simulacres d’exécutions pour contraindre les manifestants à faire des aveux télévisés.

De plus, le 3 décembre 2019, le ministre iranien de l’Intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli, a ordonné à l’Organisation de radiodiffusion de la République islamique d’Iran (IRIB) de diffuser des «  aveux  » forcés des personnes arrêtées pendant les «  troubles et émeutes  ». Cet ordre a suscité des critiques même au sein du gouvernement.

Notamment, les autorités judiciaires déposent des aveux forcés comme preuves fiables pour condamner les accusés à la prison de longue durée et à la peine de mort. Mostafa Salehi et Navid Afkari ont été pendus respectivement en août et en septembre sur la base d’admissions entachées de torture. Ils ont fréquemment rejeté leurs propos, annonçant que leurs aveux étaient sous la torture. Cependant, les «juges» n’ont pas fait attention et ont prononcé leurs peines d’exécution.

La résolution de l’AGNU souligne également les condamnations à mort prononcées et appliquées pour «des crimes qui ne sont pas considérés comme les crimes les plus graves, y compris les crimes qui sont trop larges ou définis de manière vague». L’ONU considère ces exécutions sans merci comme une violation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Téhéran a condamné à mort le plus grand nombre de mineurs dans le monde. L’AGNU a fait part de ses préoccupations concernant «la poursuite de l’imposition de la peine de mort aux mineurs», ce qui est en violation de la Convention relative aux droits de l’enfant.

La résolution a également appelé la dictature religieuse au pouvoir en Iran à libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques, les prisonniers d’opinion, les militants des droits civils et les défenseurs des droits humains. À l’heure actuelle, des milliers de personnes dans les prisons iraniennes ont été détenues en raison de leurs pensées politiques ou de leur foi, selon des experts des droits de l’homme.

En novembre 2019, lors de la répression la plus sanglante de l’histoire de la République islamique, les autorités ont arrêté plus de 12 000 manifestants pacifiques, en plus du meurtre d’au moins 1 500 citoyens, dont des femmes et des enfants. À ce jour, la justice iranienne n’a pas encore poursuivi les agents qui ont utilisé la force meurtrière contre des manifestants non armés. Au lieu de cela, sous la direction d’Ebrahim Raisi, l’un des auteurs connus des massacres de prisonniers politiques en 1988, le pouvoir judiciaire a prononcé de nombreuses condamnations à mort contre des manifestants arrêtés.

Par le biais de la 67e résolution condamnant les violations des droits de l’homme en Iran, l’AGNU a également exprimé ses préoccupations concernant la prévalence du Covid-19 dans les prisons iraniennes. De nombreux rapports montrent que les autorités ont laissé des prisonniers sans équipement sanitaire et hygiénique de base. Des sources pénitentiaires ont également reconnu qu’un certain nombre de prisonniers sont morts du nouveau coronavirus jusqu’à présent. Cependant, l’Organisation pénitentiaire rejette l’information et essaie sérieusement de couper la communication des prisonniers avec l’extérieur. Les efforts des gardiens montrent bien les mauvaises conditions des prisonniers et les menaces qui pèsent sur leur vie et leur santé.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), coalition de l’opposition iranienne, s’est félicité de l’adoption de la 67e résolution de l’ONU, condamnant la violation grave et systématique des droits de l’homme en Iran. La présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, a déclaré: «Les principaux auteurs des atrocités mentionnées dans cette résolution sont ceux qui ont été continuellement impliqués dans des crimes contre l’humanité au cours de ces quatre dernières décennies, en particulier le massacre de prisonniers politiques en 1988, la répression brutale des soulèvement de novembre 2019 qui a laissé plus de 1 500 manifestants tués et 12 000 arrêtés.

«Les dirigeants du régime clérical doivent faire face à la justice pour quatre décennies de crimes contre l’humanité, mettant fin à leur impunité», a-t-elle dit, ajoutant: «Alors que le fascisme religieux au pouvoir en Iran ne prête pas la moindre attention aux résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU, il est temps que le dossier des droits de l’homme du régime iranien soit renvoyé au Conseil de sécurité de l’ONU et que les dirigeants du régime soient tenus pour responsables de quatre décennies de crimes contre l’humanité. »

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous