UncategorizedZarif personnellement impliqué dans le terrorisme iranien et la...

Zarif personnellement impliqué dans le terrorisme iranien et la prise d’otages

-

Le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, Mohammad Javad Zarif, est personnellement impliqué dans le terrorisme et les violations des droits de l’homme. Il joue le rôle d’intermédiaire de son gouvernement dans la prise d’otages et justifie les crimes atroces de ses supérieurs.

Après 41 ans, le monde a apparemment compris que la répression intérieure et l’exportation du terrorisme sont essentiels pour la dictature religieuse au pouvoir en Iran. Tous les responsables iraniens sont impliqués d’une manière ou d’une autre dans les violations des droits de l’homme et les activités terroristes des islamistes au pouvoir.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) est le principal responsable des politique néfastes à travers sa division étrangère Qods Force et les forces paramilitaires Basij. À cet égard, tout lien avec cette entité équivaut à approuver les politiques terroristes et oppressives du gouvernement.

Cependant, en ce qui concerne le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, personne ne peut minimiser son implication personnelle dans des complots terroristes. Deux complots terroristes déjoués contre des dissidents iraniens en Albanie et en France, orchestrés par les ambassades de Téhéran, ont sérieusement remis en question la nature de la mission diplomatique de l’Iran sur le sol européen.

À la fin du mois dernier, un procès sans précédent a débuté en Belgique impliquant un diplomate iranien de haut rang et trois complices. Le «diplomate» de Zarif, Assadollah Assadi, est accusé d’avoir introduit une bombe en Europe alors qu’il voyageait avec un passeport diplomatique, pour poser une bombe dans le Rassemblement de l’opposition iranienne à Paris.

Selon les procureurs belges, Assadi n’agissait pas de son propre chef mais a entrepris l’opération sur ordre des plus hauts responsables à Téhéran. De plus, les 27 novembre et 3 décembre, Assadi a refusé de se présenter au tribunal d’Anvers sur ordre de Zarif.

«Les instructions sont parvenues à Assadi via le ministère des Affaires étrangères. Zarif était au courant du complot. Et une implication directe ne serait guère surprenante étant donné l’affection publique de Zarif pour le CGRI et [le commandant éliminé de la Force Qods Qassem] Soleimani », a expliqué Bruce McColm, directeur de l’Institut pour les stratégies démocratiques, dans un article pour Townhall.

De plus, en avril 2019, Zarif a été accueilli en tant qu’invité d’honneur au siège du CGRI. Zarif a déclaré avoir tenu des réunions hebdomadaires avec Soleimani pour coordonner la politique iranienne.

D’autre part, Zarif est connu comme le «ministre de la propagande» en raison de son rôle dans la justification des violations des droits de l’homme, en cherchant à donner une belle image des actions agressives de Téhéran au-delà de ses frontières. En 2019, les États-Unis ont imposé des sanctions contre Zarif en raison de son rôle dans les activités malveillantes du gouvernement iranien.

Alors que le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a affirmé que la justice iranienne est indépendante et que «toute ingérence dans la publication ou l’exécution des décisions judiciaires est inacceptable», Zarif a récemment signalé à d’autres pays que Téhéran était prêt pour un «échange de prisonniers». Echanges impliquant des ressortissants occidentaux pris en otage en République islamique ces dernières années.

L’événement a montré le rôle de Zarif en tant qu’intermédiaire et négociateur au sujet des otages. Les propos de Zarif ont prouvé une fois de plus que les responsables iraniens considèrent le terrorisme et le bellicisme comme un levier de «relations diplomatiques». Ils cherchent constamment à fabriquer une bombe nucléaire pour faire chantage contre la communauté internationale et recevoir des concessions politiques et économiques.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous