IranDroits de l'hommeLes autorités iraniennes insistent sur les châtiments corporels

Les autorités iraniennes insistent sur les châtiments corporels

-

Alors que le droit international interdit les châtiments corporels, comme la flagellation et l’amputation, les qualifiant de torture, ils sont couramment utilisés en Iran et ce n’est que l’une des raisons pour lesquelles l’ONU a condamné le gouvernement iranien 67 fois.

En 2020, au moins 19 flagellations condamnées ont été effectuées, tandis que des dizaines d’autres ont été prononcées, principalement contre des personnes accusées de crimes non violents ou politiques, comme la consommation d’alcool ou la critique du gouvernement.

Examinons quelques-unes.

En juin, deux manifestants arrêtés lors des manifestations nationales de novembre 2019 – Ali Azizi et Elyar Hosseinzadeh – ont été battus 20 fois chacun pour «perturbation de l’ordre public», tandis que Mohammad Baqer Souri a reçu 80 coups de fouet pour avoir pris part aux manifestations. En juillet, le manifestant Foad Enayati, arrêté en octobre 2019, a été fouetté 72 fois, tandis qu’Ahmadreza Ha’eri a reçu 74 coups de fouet.

Il y a des dizaines d’autres manifestants qui ont été condamnés à la flagellation, notamment:

Ali Nanvaii
Saeed Dashtaki
Amir Hossein Moradi
Saeed Tamjidi
Fatemeh Kohanzadeh
Mohammad Rajabi
Mohammad Eghballi Golhin
Siavash Norouzi
Seyed Mostafa Hashemizadeh
Marie Mohammadi
Ayyub Shiri
Vahid et Habib Afkari
Mohammadreza Heydari
Amir Bavi
Jabbar Fiyouji
Ali et Reza Akbarnejad
Salar Fiyouji

La justice iranienne a également prononcé des peines de flagellation contre toute une série de minorités religieuses, de minorités ethniques, de militants politiques et de personnes voulant bénéficier de la liberté d’expression.

Cela comprenait, mais sans s’y limiter, les cas suivants.

Convertit au christianisme Mohammadreza (Yuhan) Omidi et Zaman Fadaii pour avoir bu du vin de communion lors de la messe, chacun recevant 80 coups de fouet. Variya Delangiz a reçu 24 coups de fouet pour avoir milité en faveur du Kurdistan, tandis que dix autres Kurdes ont reçu 250 coups de fouet pour avoir protesté contre le meurtre de porteurs.

Alors que militant syndical et membre du Syndicat des travailleurs de Téhéran et de la compagnie de bus de la banlieue (SWTSBC), Rasoul Taleb Moghaddam a été fouetté 74 fois pour avoir pris part à une manifestation le jour de la fête du Travail.

L’employé de la boulangerie Rouhollah Barzin a reçu 55 coups de fouet pour avoir publié un article critiquant le chef de la prière du vendredi à Cheram sur les réseaux sociaux, Mehdi Khayyeri a reçu 35 coups de fouet pour avoir insulté un fonctionnaire de la justice, le présentateur de radio Sajjad Sadeghi a reçu 74 coups de fouet pour avoir publié des informations sur des pots-de-vin versés au ministère du renseignement et l’athlète Seyed Ali Mir-Miran a été condamné à la flagellation pour avoir critiqué des responsables du ministère des Sports.

Trois médecins ont reçu 60 coups chacun pour avoir insulté le président des mollah Hassan Rohani, le militant politique Qassem Ataii Azimi a reçu 74 coups de fouet pour avoir critiqué le gouverneur du Nord-Khorasan et un enseignant a reçu 45 coups de fouet pour avoir dessiné une caricature.

Pendant ce temps, huit prisonniers font actuellement face à l’amputation de leurs doigts. Il s’agit de Kasra Karami, Shahab Taymouri, Mehdi Shahivand, Arash Ali Akbari, Mehdi Sharafian, Reza Hadi Rostami et Mehrdad Taymouri.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous