IranDroits de l'hommeL'Occident doit tenir compte de la situation intérieure en...

L’Occident doit tenir compte de la situation intérieure en Iran

-

Alors que les négociations sur l’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 reprennent à Vienne, les parties occidentales à cet accord risquent de revenir sur leurs promesses antérieures selon lesquelles les pourparlers ne pourraient pas se poursuivre indéfiniment.

Après la reprise des négociations en novembre après cinq mois de retards de la part de la nouvelle administration iranienne, plusieurs responsables américains et européens ont fixé fin janvier ou début février comme date limite non officielle à leurs homologues iraniens pour accepter un compromis échangeant des restrictions immédiates sur leur programme nucléaire contre la levée des sanctions américaines. Au lieu de cela, Téhéran n’a fait que durcir sa posture, exigeant d’emblée tous les allégements de sanctions, ainsi que des garanties impossibles qu’aucune future administration ne pourra s’en éloigner comme l’a fait le président américain Donald Trump en 2018.

Maintenant que nous avons atteint l’échéance officieuse, il y a encore peu de signes de progrès dans les pourparlers sur le nucléaire. Pratiquement toutes les parties aux négociations ont tenté de conserver un air d’optimisme, mais les Américains et les Européens ont également été contraints de répéter que la fenêtre se refermait et que des divergences majeures persistaient entre les deux parties. De leur côté, les Iraniens ont dit à peu près la même chose, et Ebrahim Raïssi continue de répéter mécaniquement qu’un accord n’est possible que si les États-Unis prennent la « décision politique » de suspendre les sanctions sans condition préalable.

L'Occident doit tenir compte de la situation intérieure en Iran

Cette situation dure depuis si longtemps qu’il serait tout à fait insensé de supposer qu’il pourrait y avoir une percée dans le temps qu’il faut pour que le « début février » se termine. Cela est d’autant plus évident que les États-Unis et leurs alliés n’ont montré aucun réel engagement à exercer une pression sérieuse sur le régime iranien, ce qui pourrait contraindre Téhéran à renoncer à ses ultimatums et à accepter un accord.

Maintenant que le délai officieux expire déjà, il y a de nouvelles spéculations sur la possibilité de pourparlers directs entre Téhéran et Washington. Mais étant donné l’état actuel des négociations indirectes, il ne fait guère de doute que le régime iranien présenterait une telle réunion comme la preuve que les États-Unis succombent à la pression iranienne, plutôt que l’inverse. Ce n’est pas un récit que Washington peut se permettre d’accepter passivement, surtout à un moment où il est si vital pour les mollahs de projeter une image de force, tant chez eux qu’à l’étranger.

Sur le plan intérieur, cette image s’est estompée et continuerait de le faire si les États-Unis et leurs alliés tenaient bon dans les pourparlers nucléaires et exigeaient des concessions sous peine d’une augmentation spectaculaire des pressions économiques, diplomatiques et peut-être même militaires. Une telle pression, ou même la simple menace de celle-ci, contribuerait grandement à enhardir un mouvement de résistance iranien qui gagne du terrain dans ses efforts pour renverser le régime depuis au moins aussi longtemps que les différends actuels sur l’accord nucléaire ont été passe.

En janvier 2018, plusieurs mois avant que Trump ne retire les États-Unis du Plan d’action global conjoint, l’Iran a été secoué par un soulèvement national qui a popularisé des appels explicites au changement de régime dans plus de 100 villes et villages. Le guide suprême Ali Khamenei a rapidement reconnu que les manifestations avaient été facilitées par un mouvement d’opposition organisé sous la bannière de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, que les médias d’État iraniens avaient longtemps cherché à rejeter en tant que groupe sectaire sans la force ni le soutien populaire pour contester l’emprise des mollahs sur le pouvoir.

Le soulèvement s’est finalement contracté à la suite de dizaines de meurtres et de milliers d’arrestations, mais il a inspiré une série de manifestations interconnectées que la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi, a qualifiées d' »année pleine de soulèvements« . Cela a à son tour ouvert la voie à un autre soulèvement national encore plus important en novembre 2019, qui comportait des slogans désormais familiers comme « mort au dictateur » répétés dans près de 200 localités. Depuis lors, des troubles se sont poursuivis dans au moins certaines de ces localités, et les avertissements internes du régime concernant l’influence sociale de l’OMPI n’ont jamais cessé.

De plus, les enseignants iraniens organisent des manifestations simultanées dans 125 villes depuis plusieurs jours, attirant l’attention non seulement sur leurs salaires de misère, mais aussi sur la réponse répressive du régime à ce mouvement de protestation et à d’autres. Au moins quatre militants enseignants ont été arrêtés lundi, tandis que plus tôt en janvier, le secrétaire général de l’Association professionnelle des enseignants iraniens a été condamné à six mois de prison.

Rien de tout cela n’a ralenti le rythme de l’activisme, ce qui n’est certainement pas surprenant car 1 500 manifestants pacifiques ont été tués lors du soulèvement de novembre 2019, pour que de nouvelles manifestations éclatent dans plus d’une douzaine de provinces à peine deux mois plus tard. En fait, au sein de la communauté militante au sens large, les gestes de défi n’ont fait que s’intensifier.

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous