EconomyÉconomieLa corruption ronge l'économie iranienne

La corruption ronge l’économie iranienne

-

À la suite des derniers discours du président du régime iranien Ebrahim Raïssi, les médias d’État du régime s’attendent à des changements nouveaux et prometteurs dans l’économie iranienne, espérant une amélioration du marché boursier, une augmentation des revenus des travailleurs iraniens et que la résolution de bon nombre de les crises du pays.

Cependant, ils restent toujours sceptiques car les discours de Raïssi n’ont apporté aucune solution pratique pour sortir des crises actuelles. En raison des problèmes existants et des taxes qui ont été imposées à la population, il n’y a pratiquement aucune chance d’augmentation de la production ou de boom économique.

En conséquence, quoi que fasse Raisi, il n’aura que très peu d’effet sur la société et les affaires du pays. Un tel exemple est la migration des habitants des centres-villes vers la périphérie des villes. Cela, bien sûr, aura des conséquences sociales et aggravera probablement encore la pauvreté, et impliquera par la suite des conséquences sécuritaires dont nombre de médias et responsables iraniens mettent en garde.

La corruption ronge l'économie iranienne

La classe moyenne appauvrie lutte déjà pour survivre, ayant perdu une grande partie de son pouvoir d’achat, cherchent à émigrer en masse à l’étranger pour une vie meilleure.

Le régime, d’autre part, ne fait qu’ajouter à ses erreurs alors que le pays continue de perdre ses experts et ses professionnels compétents, et avec lui, la capacité de résoudre les problèmes auxquels l’Iran est confronté aujourd’hui.

Le gouvernement est tout simplement ignorant. Partant du principe qu’ils percevront des impôts sur la fortune, ils mettent dans le budget des propositions qui n’ont rien à voir avec les principes économiques et les besoins sociaux de la société.

Dans un article traitant de la situation économique confuse en Iran, le quotidien officiel Fararu a écrit le 27 janvier : « Quelqu’un a acheté une voiture pour trois ou quatre milliards de rials il y a environ trois ans.

Le prix de cette voiture a soudainement bondi à plus de 10 milliards de rials en raison des fluctuations successives de l’inflation, dans lesquelles le peuple n’a joué aucun rôle. Cette personne, qui avait du mal à réparer sa voiture, doit payer une taxe au titre de ‘voiture de luxe’ au gouvernement à partir de 2022. En fait, nous sommes face à une classe dans le pays que l’on peut qualifier de ‘milliardaires sans le sou’.”

Dévoilant la faiblesse de l’économie iranienne et discutant de l’imposition criminelle par le gouvernement iranien des classes pauvres, qui souffrent déjà du lourd fardeau de l’inflation incontrôlable, le quotidien a en outre déclaré, « n’ayant pas le pouvoir de traiter avec des institutions influentes entretenant des relations privilégiées, le gouvernement transfère le fardeau fiscal aux personnes qui ont déjà succombé aux chocs inflationnistes.

À l’heure actuelle, les riches d’Iran et les commerçants ne paient pas d’impôts mais profitent pleinement des conditions inflationnistes.

Pas moins de 2 300 milliards de rials de subventions énergétiques sont versées chaque mois. Une partie importante de cette subvention énergétique va dans les poches des classes aisées de la société.

Présentant les détails de la corruption de masse en Iran, le quotidien Fararu a souligné que l’augmentation de la corruption, à son tour, a eu des conséquences désastreuses pour la société. A déclaré qu’il écrivait : « … les inégalités, les divisions de classe, le mécontentement du public, les déficits budgétaires, le gaspillage des ressources financières, etc. ont augmenté et, plus important encore, la productivité a disparu. »

Le quotidien a également ajouté : « Le projet d’impôt sur la fortune vieux de 20 ans est sur la table des députés depuis 20 ans et est en train de se dégrader. Pourquoi des plans aussi importants ne sont-ils pas approuvés ? La création d’un tel plan nécessite de la transparence, et puisque certaines institutions influentes de notre pays s’opposent au principe de transparence et le trouvent problématique, ce plan ne sera pas approuvé. Dans une telle situation, le peuple devrait avoir le droit de se plaindre que les autorités ont l’intention de puiser dans les poches du peuple pour résoudre des problèmes tels que les déficits budgétaires, etc.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous