EconomyÉconomieInégalités croissantes en les classes sociales en Iran

Inégalités croissantes en les classes sociales en Iran

-

La pauvreté touche une partie importante de la population iranienne et, à mesure que des activités telles que la collecte des ordures se développent, elle est devenue un travail courant avec de faibles revenus, en particulier pour les enfants qui sont les premières victimes de la pauvreté créée par les mollahs.

Ceci est le résultat d’une répartition inégale des richesses et d’énormes disparités de classe. La mafia du recyclage exploite intentionnellement les pauvres.

Une mafia aux mains de l’administration des municipalités et des usines de recyclage. Le quotidien officiel Arman a écrit à ce sujet le 4 février : « La société iranienne d’aujourd’hui est polarisée en deux catégories : les riches et les pauvres ». Cela signifie que la classe moyenne est en train de disparaître.

Il a ajouté : « Les implications de cet écart de classe sont claires, car les riches s’enrichissent et les faibles s’affaiblissent. Par exemple, un déséquilibre entre le corps et l’âme est comme un déséquilibre entre la forme et le contenu de la société, et ce déséquilibre finit par causer de graves dommages à l’âme et au corps et les détruit tous les deux.

Inégalités croissantes en les classes sociales en Iran

Le 2 février 2022, le quotidien public Jahan-e Sanat faisait écho à la même chose : « Le revenu moyen par habitant des Iraniens a atteint 2 200 dollars par an. Cependant, cela ne signifie pas que le revenu par habitant de tous les Iraniens est juste et égal à 2 200 dollars par an. De nombreux déciles de revenu du pays ont des revenus par habitant bien inférieurs – jusqu’à un onzième de ce chiffre par an.

«Le revenu moyen des employés, des retraités avec les 250 000 rials pour un taux de change du dollar et 50 millions de rials par mois est d’environ 600 rials par an, soit moins d’environ 2 200 dollars par an. Ce chiffre sera sans doute inférieur pour la classe ouvrière.

En contraste avec le sort des pauvres, nous voyons les revenus astronomiques des fonctionnaires du régime. Cette situation a créé une société en Iran submergée par les crises économiques et les petits boulots. Cela explique pourquoi les publicités pour vendre des reins et d’autres organes recouvrent les murs de la ville.

Selon différentes déclarations, recueillies auprès des responsables du régime, 24 millions de personnes sont sans aucun revenu, plus de 16 millions de personnes n’ont pour seule source de revenu qu’une subvention de 450 000 rials (environ 2 dollars), et moins de huit millions de personnes reçoivent 500 000 rials. dans les pensions de l’Organisation sociale ou du Comité de secours.

Cela signifie qu’aujourd’hui près de 50 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Et les prévisions sur la situation économique du pays indiquent que bientôt davantage de personnes passeront de la classe moyenne à la classe inférieure. Bien sûr, ces chiffres ne sont pas entièrement vrais, car les médias et les experts gouvernementaux admettent que le ministère des Affaires sociales n’annonce jamais correctement le chiffre du seuil de pauvreté par crainte de l’indignation publique.

A propos de la pauvreté en Iran, le quotidien officiel Aftab News a écrit le 6 janvier : « Dans le passé, le seuil de pauvreté absolue était d’environ 100 millions de rials, ce qui peut augmenter jusqu’à 120 millions de rials en raison de la récente flambée des prix et du manque de d’augmentations salariales.

« D’autres statistiques officielles montrent qu’entre 20 et 30 millions de personnes dans le pays vivent en dessous du seuil de pauvreté absolue. Si cette situation perdure et qu’il n’y a pas de changement dans les politiques économiques, ces chiffres augmenteront de jour en jour. Cependant, il sera hors de contrôle à l’avenir. Quatre-vingt-dix pour cent des Iraniens vivent la pauvreté de différentes manières tout au long de leur vie. Même s’ils gagnent plus de 120 millions de rials, ils ont connu la pauvreté à bien des égards.

Cette situation est le résultat des 43 ans de règne des mollahs, qui ont promis une nation prospère au peuple sous le « règne des opprimés » dans les premiers jours après la révolution de 1979.

L’Association des clercs combattants du régime a déclaré dans une déclaration commémorant l’anniversaire de la révolution de 1979 et publiée par le site Internet Ensaf News le 1er février : « Aujourd’hui, notre société est confrontée à des crises économiques, politiques, culturelles et internationales majeures. La classe moyenne se rétrécit et est poussée dans la classe pauvre à chaque instant qui passe.

« Nous assistons à l’émergence de classes, d’individus ou d’institutions irresponsables qui renforcent leur statut, notamment par la recherche de profits et l’abus de sanctions destructrices.

« Les gens disent : ‘Oubliez vos promesses d’eau, d’électricité et de logements abordables gratuits et concentrez-vous sur nos besoins les plus élémentaires. Les gens souffrent du chômage, de la stagflation, de la pauvreté et du désespoir. Et la corruption honteuse et massive combinée au gaspillage du capital naturel et humain est un grand danger qui menace le pays et la nation.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous