IranDroits de l'hommeLe régime iranien et son " gâteau sucré "...

Le régime iranien et son  » gâteau sucré  » pour le peuple

-

Lors d’une soi-disant « cérémonie d’hommage« , présentant le commandant du corps Sarallah de la province de Kerman, le deuxième plus haut commandant des Gardiens de la Révolution (pasdaran) du régime iranien, Ali Fadavi, a parlé de la contradiction de deux fronts actuels, présentant le régime comme étant du bon côté de cette guerre.

Le régime iranien et son " gâteau sucré " pour le peupleIl a déclaré : « La lutte entre le front juste de la révolution islamique et le front maléfique du monde est sans fin, et ces deux fronts ne se rejoindront jamais. »

Il a révélé les activités maléfiques du régime au Moyen-Orient depuis un an et son soutien au terrorisme mondial, ajoutant : « Dans les années 80, nous nous battions chez nous, mais dans les années 2000, nous nous battons à 1000 km de chez nous. »

Fadavi a également parlé de la situation actuelle des jeunes du pays, qui contraste grandement avec la situation réelle, déclarant : « La nouvelle génération de la révolution, bien qu’elle n’ait pas vu la guerre et l’Imam (fondateur du régime Khomeini), la victoire de la révolution islamique, l’histoire du Kurdistan et de l’Occident, lorsqu’elle devait être testée, elle était comme ceux qui avaient vu la révolution, l’Imam, la guerre et les martyrs. »

Ce dont nous sommes témoins au quotidien, c’est de la haine croissante des jeunes iraniens envers le régime. Cela s’est principalement reflété dans les manifestations nationales passées en décembre 2017 et en novembre 2019.

Pendant son discours, Fadavi a proclamé de manière absurde que le monde devrait voir et goûter la douceur de la République islamique. Par conséquent, ce n’est pas une mauvaise idée de jeter un coup d’œil à la composition du « gâteau sucré » de ce régime qui n’a rien laissé au peuple iranien, a détruit de nombreux pays du Moyen-Orient et a pris des millions de vies au cours des quatre dernières décennies.

Le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, considérait la guerre Iran-Irak des années 1980 comme une bénédiction et il avait l’intention de la poursuivre aussi longtemps que possible, car il considérait la paix comme la sépulture de l’Islam. Au cours de cette guerre qui a duré huit ans, un million de personnes ont perdu la vie des deux côtés, et elle a coûté environ mille milliards de dollars, comme le prétendait le régime. Selon les statistiques officielles, il y a eu deux millions de morts ou d’invalides du côté iranien, et la guerre a causé la destruction de cinq provinces et un billion de dollars de dégâts, avant de se terminer sans résultat.

Depuis les années 1980, on assiste à un massacre existentiel des prisonniers politiques, sans qu’aucune statistique officielle n’indique l’ampleur réelle du nombre de ceux qui ont perdu la vie aux mains du régime. Au cours de l’été 1988, selon les documents de l’opposition iranienne, environ 30 000 prisonniers ont été massacrés en moins de 3 mois.

Selon une agence de presse officielle, de 2001 à 2020, la moyenne annuelle du seuil de pauvreté absolue dans le pays a été multipliée par plus de 27. Les statistiques indiquent qu’au cours de cette période, environ 33 % de la population est passée sous le seuil de pauvreté multidimensionnelle. À l’heure actuelle, près de 60 % de la population du pays est gravement pauvre.

Les statistiques sur les personnes dormant dans des cartons à Téhéran indiquent que dans la seule capitale du pays, plus de 24 000 personnes sont sans abri. Le nombre de sans-abri dans tout le pays est effréné, et les réseaux sociaux rapportent quotidiennement des nouvelles choquantes sur ces personnes, l’ampleur de la situation est incontrôlable. La situation est si grave que de nombreuses personnes sont même contraintes de vivre dans des tombes et des fosses vides.

Lors du soulèvement de novembre 2019, les jeunes chômeurs sont descendus dans la rue pour protester contre les crises de la faim et du chômage. En réponse, le régime les a attaqués par balles, tuant plus de 1 500 personnes et en mettant des milliers derrière les barreaux. Les protestations des mères des victimes sont encore audibles à ce jour et ne peuvent être réduites au silence.

La meilleure « douceur » pour le régime au cours des deux dernières années a été l’expansion de la pandémie de coronavirus en Iran, exacerbée délibérément par le régime pour empêcher toute nouvelle protestation. En raison de ses tactiques, le régime a tué plus de 500 000 personnes. L’Iran était le seul pays au monde à empêcher l’importation de vaccins approuvés au niveau mondial. Le régime a même empêché les médias officiels de donner des statistiques précises sur les victimes afin de dissimuler son crime.

Le terrorisme et l’ingérence dans les affaires intérieures des pays de la région sont une autre politique destructrice du régime islamique, qui n’a apporté que mort et destruction aux peuples de la région. De la guerre destructrice en Syrie au soutien des Houthites yéménites, des Kataib et des Hashd al-Shaabi en Irak, et du Hezbollah au Liban, le régime a été au cœur du chaos et ne montre aucun signe d’arrêt de sitôt.

En conclusion, ce n’était qu’un aperçu de la « douceur » du régime des mollahs pour le peuple iranien et toute la région.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous