IranNucléaireIran : les menaces invisibles de la relance du...

Iran : les menaces invisibles de la relance du JCPOA: les menaces invisibles de la relance du JCPOA

-

Dans une annonce récente, le régime iranien a admis qu’il envisageait de construire un nouveau «réacteur de recherche» sur son site nucléaire dans la province d’Ispahan, dont la construction devrait commencer dans les prochaines semaines.

Tout en citant le chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime Mohammad Eslami dans sa dernière publication, l’agence de presse étatique ISNA a écrit : « Il s’agit d’un projet entièrement national qui fermera la chaîne de recherche, d’évaluation, de test et de production d’énergie nucléaire en Iran. »

C’est un fait clair que le régime a l’intention de violer le contexte du JCPOA. Alors que le régime a constamment affirmé que son programme nucléaire était uniquement à des fins pacifiques, il a enrichi de l’uranium jusqu’à 60 % de pureté, ce qui n’est qu’un tournant pour le purifier jusqu’à 90 % en une courte étape technique vers l’uranium de qualité militaire.

Tout en exprimant son inquiétude face aux progrès nucléaires du régime, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré que la majeure partie de l’uranium enrichi du régime est transportée vers le centre atomique d’Ispahan. Il y a donc lieu de s’inquiéter et de tirer la sonnette d’alarme sur les ambitions du régime de construire un nouveau site à Ispahan, même sous prétexte de recherche.

Il convient de noter que selon l’agence de presse Fars du régime, comme l’a rapporté le 26 juillet, le régime a neutralisé des caméras qui permettaient à l’AIEA, le chien de garde atomique des Nations Unies de surveiller le programme.

L’AIEA a averti à plusieurs reprises que le régime se rapproche de plus en plus de la production d’une bombe nucléaire, mais les pays occidentaux, en particulier le gouvernement américain, continuent d’ignorer ces avertissements. La seule chose que les gouvernements occidentaux ont faite en ce qui concerne le contrôle des activités malveillantes du régime est de continuer à s’en tenir à leurs faibles progrès dans les négociations interminables et fragiles.

Cette véritable inquiétude, et les avertissements qui ont suivi, ne sont pas basés sur des spéculations dénuées de sens, mais sur des faits réels concernant les violations du JCPOA par le régime, qui ont commencé peu après la conclusion de l’accord initial en 2015.

Iran : les menaces invisibles de la relance du JCPOA: les menaces invisibles de la relance du JCPOA

Un an après le début de l’accord sur le nucléaire, l’agence de renseignement intérieure allemande, l’Office fédéral pour la protection de la Constitution, a révélé que le régime avait suivi une voie « clandestine » pour obtenir des technologies et des équipements nucléaires illicites auprès d’entreprises allemandes. À l’époque, la chancelière allemande, Angela Merkel, a critiqué les actions du régime, montrant la fragilité du JCPOA dès le départ.

En janvier 2019, Ali Akbar Salehi, alors chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime iranien, a expliqué comment le régime avait utilisé des mesures perfides pour tromper la communauté internationale, en disant : « Depuis trois ans, nous disons que nous n’avons pas versé de ciment dans le réacteur à eau lourde d’Arak. Si nous avions versé le réacteur Arak, aurait été détruit.

En réponse à une question du modérateur de la télévision du régime concernant le coulage de ciment dans les tuyaux nucléaires, Salehi a ajouté : « pas les tuyaux que vous voyez ici. Nous avions acheté des tuyaux similaires, mais je ne pouvais pas l’annoncer à ce moment-là. Une seule personne le sait en Iran, la plus haute autorité. »

Il a poursuivi: « Personne d’autre ne le savait. Lorsque nos amis négociaient, nous savions qu’ils reviendraient un jour sur leurs paroles. [Khamenei] a dit de faire attention, ils ne tiennent pas leurs promesses. Nous devions être intelligents. De plus, pour ne pas détruire les ponts derrière nous, nous devions également construire des ponts, de sorte que si nous devions revenir, nous pourrions revenir plus rapidement.

Le 4 septembre 2015, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a annoncé que « Téhéran travaille avec des experts nord-coréens pour tromper les inspecteurs nucléaires des Nations Unies qui visitent des sites iraniens suspects. Selon le communiqué, le régime iranien travaille depuis un certain temps pour trouver des moyens de cacher la dimension militaire de ses projets nucléaires à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en sollicitant l’avis de Pyongyang. Plusieurs responsables nord-coréens ont installé des ateliers à Téhéran et y sont restés même après la signature de l’accord sur le nucléaire.

Deux jours plus tôt, le CNRI avait révélé que le comité secret du régime iranien avait trompé l’AIEA sur PMD Probe. La Résistance iranienne a examiné un exemple des plans trompeurs du régime en réponse à l’AIEA, citant le plan du régime pour lutter contre les soi-disant détonateurs EBW, en essayant de prétendre que les détonateurs explosifs étaient destinés à l’industrie pétrolière et gazière.

Ce ne sont que quelques faits sur les actes de tricherie du régime après la signature de l’accord. Ce ne sont pas seulement la faiblesse des accords et les politiques d’apaisement avec le régime qui ont mis la communauté internationale en danger. Suite à la signature de l’accord, le Liban est depuis devenu un foyer plus confortable pour l’organisation terroriste Hezbollah, qui est maintenant armée jusqu’aux dents par le régime et a été déterminent pour empêcher la formation de tout gouvernement au Liban, pour le compte du régime iranien.

Grâce à cet accord, le régime a pu prendre le dessus dans la guerre en Syrie, qui a depuis déplacé plus de 6 millions de personnes à l’intérieur du pays et poussé plus de 5 millions à chercher refuge à l’étranger.

Avec l’aide de cette guerre, le régime a exporté ses activités terroristes sur le sol européen sous prétexte de réfugiés. La Force iranienne Qods est connue pour avoir mené de nombreuses opérations d’assassinat secrètes au cœur de l’Europe. Le cas du diplomate-terroriste du régime Assadollah Assadi, qui a tenté de faire exploser une bombe au grand rassemblement annuel du CNRI en France en 2018, est au cœur du réseau terroriste du régime en Europe.

Le régime a également élargi son soutien aux extrémistes en Afghanistan, empêchant la formation de tout gouvernement et, par conséquent, le pays a maintenant basculé dans son passé tumultueux. En Irak, le régime a parrainé ses milices, les célèbres Hashd al-Shaabî, et d’autres, pour infiltrer et saper les forces de sécurité irakiennes afin de mettre en péril la souveraineté de l’Irak. Tout comme la Syrie, le Liban et l’Afghanistan, l’Irak manque cruellement d’un gouvernement compétent.

Le même cas vaut pour le Yémen. Le soutien du régime aux Houthis a déstabilisé de nombreux pays du Moyen-Orient et le groupe terroriste continue d’affamer le peuple yéménite et de le tenir sous la menace de la terreur. La liste des activités malveillantes du régime est longue, et ces exemples ne sont qu’un extrait de leurs méfaits.

Les avoirs du régime dégelés par le JCPOA ont fourni le terrain pour une telle destruction. Ce que nous n’avons pas mentionné, c’est l’augmentation continue de la répression du peuple iranien par le régime, car le JCPOA n’inclut pas les violations des droits de l’homme par le régime. Par conséquent, tout nouvel accord ou la relance de l’accord de 2015 ne fera qu’aggraver la situation et mettre en place un régime plus hostile à l’avenir.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous