IranDroits de l'hommeLe peuple d'Iran : "N'appelez pas cela une manifestation,...

Le peuple d’Iran : « N’appelez pas cela une manifestation, c’est une révolution ».

-

Le soulèvement national en Iran déclenché par la mort en détention, le 16 septembre, de Mahsa Amini, une jeune Kurde de 22 ans, marque un tournant dans l’histoire de la lutte du peuple iranien contre le régime totalitaire au pouvoir en Iran.

Les manifestations sont entrées dans leur 25e jour aujourd’hui, alors que des personnes de toutes les couches de la société dans 177 villes et 31 provinces se sont levées de telle sorte qu’à aucun moment au cours des quatre dernières décennies, la perspective d’une révolution n’a été aussi proche qu’aujourd’hui.

Il ne faut pas oublier que ce régime se distingue de toute autre dictature dans le monde. Il s’agit notamment de la répression religieuse et politique à l’intérieur du pays et de l’exportation du terrorisme ou, dans le lexique du régime, de « l’exportation de sa révolution ».

La misogynie est le lien entre ces deux caractéristiques, avec lesquelles le régime réprime la nation entière.

En tant que tel, pour renverser ce régime théocratique et totalitaire, le peuple iranien doit concevoir et formuler des tactiques adaptées pour affronter le régime avec succès et efficacité.

Des manifestations éparses et spontanées, même de grande ampleur comme celles de 2009 et 2018, ne mèneront pas à la chute du régime. Et contrairement au régime du Shah, les mollahs ne renonceront pas volontairement au pouvoir. Ils sont déterminés à se battre jusqu’au bout pour préserver leur emprise sur le pouvoir.

Dans ce contexte, une nouvelle révolution exige une planification, une organisation, une coordination et une unité intenses.

C’est ce à quoi les Unités de résistance de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) se sont employées au cours des six dernières années, au risque d’être arrêtées, torturées, voire exécutées.

Leur rôle est beaucoup plus important et prononcé dans le soulèvement actuel, à tel point que les responsables du régime et les médias s’inquiètent de plus en plus de leur efficacité dans l’organisation et la poursuite des protestations.

Les jeunes rebelles se sont appuyés sur les Unités de résistance pour améliorer leur efficacité et minimiser leurs vulnérabilités face aux assauts et à la violence organisée du régime.

Les manifestants ont également beaucoup appris des expériences des quatre grands soulèvements depuis 2017 et des tactiques employées par les Unités de résistance, comme l’incendie des symboles du régime, des affiches de ses dirigeants et des panneaux publicitaires, ainsi que le ciblage des centres de répression.

Dans une interview accordée au quotidien officiel Bahar News le 7 octobre, Mohammad Reza Tajik, membre de la faction dite réformiste du régime, a déclaré : « La situation politique actuelle a dépassé l’ère de la peur et est entrée dans l’ère de la rage. Le mouvement actuel est associé à une sorte de bonheur et de joie de vivre. Le militant d’aujourd’hui est prêt à sacrifier sa vie pour obtenir la liberté. »

Tajik a également exprimé sa crainte de la radicalisation des manifestations, ajoutant : « Le militant d’aujourd’hui pense qu’il ne peut faire passer son message à la classe dirigeante que par la rage. L’activiste d’aujourd’hui pense qu’il/elle ne peut faire changer son destin et qu’il n’existe aucune autre alternative, et qu’il/elle ne voit la solution que dans les actes de violence. Il/elle pense que seul le langage de la colère est la solution et que les autres langages n’ont pas de réponse et ne sont pas entendus. »

S’adressant au régime, il a déclaré : « Au fil des ans, nous avons planté les graines de la haine et maintenant nous récoltons beaucoup de colère. »

Les propos tenus par une jeune femme iranienne dans une interview accordée à l’agence de presse Reuters en témoignent : « Hé le monde, écoutez-moi : Je veux une révolution. Je veux vivre librement et je suis prête à mourir pour cela. Au lieu de mourir chaque minute sous la répression de ce régime, je préfère mourir avec leurs balles (des forces de sécurité) en manifestant pour la liberté. »

Les murs de la tyrannie et du totalitarisme théocratique s’effondrent enfin. Une nouvelle révolution se produit dans les rues d’Iran et aucune force ne peut l’arrêter.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous