IranDroits de l'hommeLe tribunal de Paris se prononce en faveur d'Iran...

Le tribunal de Paris se prononce en faveur d’Iran Focus, contre le ministère du Renseignement des mo

-

Iran Focus, London, 5 avril – La 17e chambre correctionnelle de Paris s’est prononcée le 3 avril en faveur d’Iran Focus, accusé de diffamation par un ressortissant français, Alain Chevalérias. Le procès a eu lieu le 21 février 2008. Au bout de deux mois de délibération, la cour a annoncé sa décision jeudi, rejetant la plainte de Chevalérias contre la directrice du site.

Chevalérias avait intenté un procès contre Iran Focus pour avoir publié le 11 juillet 2005 un article intitulé “Iran – espionnage : Comment le Vevak infiltre la France”. L’article révélait les étroites relations de Chevalérias avec les agents du Vevak travaillant à l’étranger contre des groupes d’opposition iraniens, particulièrement l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Chevalérias avait prétendu que l’article portait atteinte à sa réputation de journaliste indépendant et demandé le retrait de l’article du site Web. Il avait aussi exigé une compensation financière d’Iran Focus.

Lors de l’audience, l’eurodéputé Paulo Casaca, M. Christophe Joseph, le directeur des services publiques de la mairie d’Auvers-sur-Oise, M. Mehdi Abrichamtchi, président de la commission de la Paix du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Mme Leïla Jazayeri et M. Hassan Habibi, ont apporté leurs témoignages sur la campagne de diffamation du régime iranien contre son opposition. Ils ont aussi témoigné de la collaboration de Chevalérias avec des agents iraniens comme Massoud Khodabandeh, Anne Khodabandeh (Singleton), Mohammad Hossein Sobhani et Karim Haqi, dans leurs activités contre la Résistance iranienne.

M. Casaca a parlé des résultats de l’enquête menée par l’intergroupe parlementaire du parlement européen des Amis d’un Iran Libre, sur les accusations portées contre l’OMPI par la campagne de diabolisation des mollahs. Mettant en doute et jetant le discrédit sur les accusations du Vevak, dont une taxant l’OMPI de « secte », M. Casaca a souligné que la discipline et un travail ardu font partie des réalités complexes de la lutte des défenseurs de la liberté contre la dictature en Iran et n’ont absolument rien à voir avec les sectes.

Dans son témoignage, M. Abrichamtchi a révélé les buts politiques et les techniques que les mollahs utilisent dans leur campagne de diabolisation contre l’OMPI et le Conseil national de la Résistance iranienne. Le régime des mollahs mène sa guerre contre le peuple iranien et son mouvement de résistance sur deux fronts, a-t-il dit. Le régime réprime, pend et torture les gens en Iran et exporte son terrorisme à l’étranger pour d’une part éliminer physiquement la Résistance, tout en menant une guerre psychologique de grande ampleur pour diaboliser la Résistance.

Mme Jazayeri a témoigné qu’en novembre 2005, à la suite de révélations rendues publiques à Londres, le Parlement britannique avait refusé d’autoriser une réunion organisée par des agents et les collaborateurs du régime iranien, où devait parler Alain Chevalerias, dans les bâtiments du Parlement, les forçant finalement à tenir leur réunion ailleurs. Elle a ajouté que peu après cet incident, elle avait reçu des appels téléphoniques menaçants de Chevalérias à plusieurs reprises pour lui faire changer de position. En conséquence, a précisé Mme Jazayeri qui avait apporté tous les documents concernant cette affaire, elle avait dû demander la protection de la police.

Un autre témoin, Hassan Habibi a parlé d’une réunion au Fiap de Paris le 17 juin 2007 où devait parler Chevalérias contre l’OMPI et où des agents du régime avaient violement agressé des réfugiés iraniens, les blessant à coups de couteau. L’agression avait provoqué l’intervention de la police et l’arrestation des agents iraniens, dont un informateur de Chevalérias, Mohammad Hossein Sobhani.

M. Christophe Joseph, directeur des services de la ville d’Auvers-Sur-Oise, a témoigné sur la manifestation organisée par les agents du Vevak des mollahs à Auvers-Sur-Oise le 1 avril 2005. Il leur avait signifié qu’ils n’avaient pas l’autorisation de manifester. Mais, Chevalérias et ses associés n’avaient pas tenu compte de ces avertissements et poursuivi en toute illégalité. Chevalérias ne s’était pas présenté en journaliste, mais jouait les organisateurs.

Sur la base de ces témoignages et en s’appuyant sur nombre de documents et de preuves, Me Thierry Levy, l’avocat d’Iran Focus, a dénoncé les agents du VEVAK opérant à l’extérieur de l’Iran, leurs activités contre l’OMPI et la Résistance iranienne et le rôle de Chevalérias dans la campagne de désinformation.

Abol-Hassan Bani-Sadr, le premier président des mollahs, et Anne Singleton, britannique et un agent bien connu du Vevak, ont défendu Chevalérias dans leur déposition. Confronté à des questions du juge et de l’avocat d’Iran Focus, Bani-Sadr a finalement concédé que ces individus pouvaient avoir été achetés par le régime et qu’il ne pouvait pas corroborer leurs allégations contre l’OMPI.

Pendant l’interrogatoire d’Anne Khodabandeh, Me Levy a mis à jour l’histoire de ses relations avec le régime iranien, y compris son étroite coopération avec les autorités du régime dans la sinistre prison d’Evine. Il a indiqué qu’Anne Singleton dirigeait le site Iran Interlik, entièrement voué à attaquer l’OMPI. Des parlementaires britanniques considèrent Singleton et son mari, Khodabandeh, comme des agents du régime des mollahs, passé maitres dans la tromperie, a ajouté Me Levy.

Un des documents révélés au procès était un reçu montrant qu’une organisation écran du Vevak avait réglé les dépenses de Chevalérias dans un hôtel de Téhéran pendant son voyage en Iran.

Dans sa plaidoirie, Me Levy a évoqué l’étendue de la campagne de diabolisation menée par le régime iranien. Selon des parlementaires européens, a-t-il dit, l’OMPI est le seul mouvement d’opposition contre le régime des mollahs et c’est contre ce mouvement-là que M. Chevalérias déploye ses activités. Me Levy a ajouté, “Cet auteur, si on peut l’appeler un auteur, ce journaliste, si on peut l’appeler journaliste, qui est capable de payer pour publier ses propres livres, c’est du moins ce qu’il prétend, dit qu’il s’est engagé dans un but. Quel est ce but ? Servir les ennemis de l’OMPI (…) Cet individu est présent partout où il y a des activités contre l’OMPI. Même Chevalérias ne nie pas qu’il ne soit pas présent en tant que journaliste, et admet plutôt qu’il a été impliqué dans l’organisation de telles activités. Donc, son but est simplement de lancer des accusations contre l’OMPI. »

Selon des observateurs, le jugement rendu le 3 avril, qui a rejeté la plainte de Chevalérias et s’est prononcé en faveur d’Iran Focus, représente un coup sérieux au Vevak et les tentatives de ses agents iraniens et étrangers d’exercer des pressions, des contraintes et une censure sur les révélations faites par des agences de presse indépendantes à propos de la campagne de diabolisation et d’espionnage des mollahs contre l’opposition iranienne, particulièrement l’OMPI.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous