IranDroits de l'hommeIran : Zahra Kazemi torturée en prison

Iran : Zahra Kazemi torturée en prison

-

Radio canada, 31 mars – Le médecin iranien qui a reçu et examiné Zahra Kazemi à son arrivée dans un hôpital de Téhéran, affirme que la photojournaliste canadienne a été sauvagement battue, torturée et violée pendant sa détention à la prison d’Evine.

Le médecin Shahram Aazam, qui a obtenu récemment le statut de réfugié au Canada, a étayé ces déclarations jeudi, lors d’une conférence de presse à Ottawa.

Zahra Kazemi a vécu l’enfer

M. Aazam, qui était de garde le soir où la police a transporté Mme Kazemi, inconsciente, à l’urgence de son hôpital, dit avoir constaté une sévère fracture du crâne, des ongles arrachés, le nez cassé, une épaule démise et de multiples contusions sur le corps de la femme de 54 ans.

L’infirmière qui a procédé à l’examen des organes génitaux de Mme Kazemi aurait pour sa part découvert des marques de viol, selon le médecin iranien.

La version de Téhéran contredite

Ces déclarations mettent de nouveau en doute la version de Téhéran qui soutien que la journaliste montréalaise est morte à la suite d’une grève de la faim.

Mme Kazemi, qui travaillait pour un journal montréalais de gauche, effectuait un reportage en Iran à l’été 2003 lorsqu’elle a été arrêtée par la police iranienne pendant qu’elle photographiait la prison d’Evine, à Téhéran. Elle est morte quelques jours plus tard d’une hémorragie cérébrale due à des coups reçus sur la tête.

Sommé par le Canada et la communauté internationale de faire enquête et de punir les coupables de cet acte, Téhéran a tenu en juillet un procès à huis clos très controversé au terme duquel l’agent des renseignements iranien mis en cause dans cette histoire a été acquitté.
La justice iranienne a estimé que la journaliste pouvait être morte accidentellement.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Pierre Petitgrew, considère que le témoignage du médecin iranien qui a reçu et examiné la photojournaliste Zahra Kazemi avant son décès, renforce la position du Canada.

M. Pettigrew a qualifié de « troublant » le témoignage du docteur Aazam. « Nous savons qu’il s’agit d’un meurtre et non d’un accident », a déclaré le ministre, selon qui la justice iranienne a failli à chacune des étapes de l’enquête sur la mort de la photojournaliste.

M. Pettigrew a répété qu’Ottawa avait la ferme intention de poursuivre cette affaire aussi longtemps que justice n’aura pas été rendue

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous