IranDroits de l'hommeIntimidations contre des proches en Iran de journalistes de...

Intimidations contre des proches en Iran de journalistes de la BBC

-

AFP- 03 février 2012 – LONDRES – Les autorités iraniennes ont à plusieurs reprises arrêté et détenu des proches et parents de journalistes travaillant pour la BBC à l’extérieur du pays pour faire pression sur ces derniers, ont dénoncé vendredi la BBC et l’association Human Rights Watch (HRW).

HRW cite le cas d’un proche d’un journaliste de la BBC arrêté et détenu à la prison de Téhéran pendant deux semaines en janvier, dans le cadre d’une campagne d’intimidation contre les journalistes avant les élections législatives de mars.

Selon le blog du directeur de la BBC Mark Thomson, ces derniers mois, plusieurs proches de journalistes de la télévision BBC Persian (basée à Londres) ont été détenus pendant de courtes périodes par les autorités iraniennes et incités à appeler leur parent à Londres pour lui demander soit d’arrêter de travailler pour la BBC soit de coopérer avec les services secrets iraniens.

Dans d’autres cas, les passeports ont été retirés aux proches restés en Iran de journalistes travaillant pour la BBC à Londres.

La détention d’un membre de la famille d’un reporter de la BBC semble faire partie d’une campagne plus large de harcèlement des journalistes iraniens, par le biais de pressions sur eux et leurs familles, a souligné Sarah Leah Whitson de HRW, dans un communiqué.

Mark Thompson a confirmé ce phénomène, dénonçant les niveaux d’intimidation croissants observés ces derniers mois. La BBC avait déjà protesté en octobre dernier contre la campagne d’intimidation frappant ses journalistes en Iran et leurs proches.

La télévision BBC Persian est particulièrement dans la ligne de mire des autorités iraniennes depuis sa création en janvier 2009 et sa couverture de l’élection présidentielle la même année.

Les intimidations contre les familles de journalistes de la BBC restées en Iran interviennent dans un climat tendu entre Londres et Téhéran.

Des manifestants ont saccagé en novembre l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran ainsi que la résidence de diplomates britanniques, après l’annonce par Londres d’un renforcement de son embargo financier contre l’Iran.

Selon un décompte de HRW en décembre, 42 journalistes et bloggers sont emprisonnés en Iran. Plus de 60 journalistes ont été contraints à l’exil en 2011 et au moins 40 publications ont été fermées par les autorités depuis 2009.

(©AFP / 03 février 2012 17h24)

 

7,062FansLike
1,162FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous